Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 30 juin 2009

Errare numericum liber est...

...et diabolicum perseverare.

J'avais largement participé à  diffuser cette info : la directive européenne sur la baisse du taux de TVA serait transposée en droit français  et concernerait le livre numérique.
Nenni et je bats ma coulpe : la source d'infos qui m'est parvenue comportait elle-même une approximation que je n'ai pas vérifiée. La formulation exacte de la directive fait état de livres sur support physique".
mais ilest vrai que comme le signale l'IABD, celle-ci s'applique bien à tout type de livre mais uniquement aux livres électroniques qui sont fournis sur support physique. Par exemple CD, clé USB, carte ..

Ce qui n'est pas identique,  mais offfre  sans doute quelques possibilités un peu jésuitiques qu'il faudra explorer.

diable-chat_~pp_devilcat_c.jpg

 


22:34 Publié dans à lire sans papier | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tva, ebook, e-book | |  Facebook | | |

mercredi, 17 juin 2009

Quand l'arbre TVA peut en cacher la forêt de la bibliothèque numérique

La TVA sur le livre numérique va baisser : tant mieux ! L'avoir annoncé il y a déjà quelques jours semble avoir troublé les esprits sur les coûts réels et, une fois n'est pas coutume, je m'insurge.

1. Le livre numérique  coûte :  il est fabriqué non pas à partir d'un fichier PDF imprimeur, mais d'un vrai fichier mis en forme, dont les critères de qualité rejoignent le livre papier : attributs de pagination, polices, possibilité d'agrandir le texte, gestion des notes etc ... Les éditeurs ou prestataires engagés dans ce travail ne me contrediront pas ... Tout comme le stockage et le transport coûtent également...

2. L'accès au livre numérique (gratuit, du domaine public ou sous droits) a une valeur : elle s'exprime en termes d'usage, de qualité, d'environnement, et bien évidemment cette valeur a un coût (cf plus haut). La plateforme ouverte  à une bibliothèque, par exemple, a un coût : libre au diffuseur/éditeur d'en répercuter - ou non - le montant  à la bibliothèque quand le livre est payant, impossible de ne pas intégrer ceci quand le livre est dit "gratuit" ( = qui paie en fait : la pub ? un mécène ? n'importe qui pourvu que ce soit gratuit ?)

3. L'accès au livre numérique obéit à une logique économique comme un attribut indissociable de sa diffusion, de son succès, de sa pérennité. D'autres attributs  de l'accès ? Le marquage, l'identification du lecteur, l'intégration dans un catalogue.

Pour avoir vécu en direct les phases successives de la mise à disposition de livres numériques à une bibliothèque ( on en a parlé ici, , et encore là), on ne peut pas dire "qu'il suffit de" .. ou encore "que c'est facile de" : ne pas oublier qu'il faut reconstituer une chaîne, voire l'imaginer, depuis le texte jusqu'à l'abonné. Et nier le coût de création d'une telle chaîne est suicidaire.

Car l'enjeu est peut-être caché : non pas seulement constituer des entrepôts, mais en donner l'accès.

Et les questions continuent d'être posées,

Bon courage.

 

lundi, 08 juin 2009

ebook actu quinzaine du 25 mai 2009

TVA restaurateurs / livres numériques/ lavage de vitres : même combat

La directive européenne concernant l’application d’un taux de TVA à 5,5% est adoptée. Curieusement, elle concerne « la fourniture de livres y compris sur supports numériques. ». La directive sera applicable dès sa promulgation. ( signalement par MB).

Robert ne veut pas lire a fait des émules

L'idée n'était donc pas si folle . Actualitté signale que  Leezam lance un roman sous forme de feuilleton, tout comme le québécois "Robert ne veut pas lire" avait pu le faire dès le début de l'année. A la date d'ouverture du service, seulement un message d'attente et une propositon d'alerte. Patientons.

Numilog propose Twilight en numérique.

Fascination, Tentation, Hésitation, Révélation de Stephenie Meyer sont disponibles en version numérique. Excellente occasion de dégonfler les réservations très abondantes  des bibliothèques ...

Google et les livres

Google vendra des livres numériques. Les prix avancés semblent furieusement bas , si l'on en croit ce billet de paid.content

Sylen : prototype pour la fin de l'année ?

Suite de la journée du 4 juin : les délais seraient-ils tenus ?

En marge des ebooks

Le numérique et les bibliothèque américaines : une analyse de Cécile Touitou (Tosca consultants) à propos de l’enquête de l’ALA : http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2009-03-0049-001