Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 08 septembre 2008

Sans les mains (D)

Bernard Strainchamps a dit tout le bien qu'il pensait de la tablette qu'il a testée cet été.
Avec ce P.S. :
"J'ai préparé la rentrée littéraire en grande partie grâce à ce livre offert et j'ai même pris plaisir à lire sur cet écran. Le reste, la technique, l'encodage des fichiers, la distribution, le piratage, je le laisse à d'autres"

Et voilà que la Sony reader débarque en France (le 18septembre).
Chuchotée en début de semaine dernière, la nouvelle est annoncée dès vendredi sur Actualitté, ce midi dans Livres hebdo (l'abonnement arrive seulement le lundi) et confirmée ce soir sur le site de Livre hebdo, et sans doute bien d'autres.
On en a même le prix.

fee9189fc720d1241e815d04eb89d111.jpg


Quel rapport entre les deux ?

- la tablette Sony utilisera le format epub qui est reconnu comme LE format d'Ebook, ce qui veut dire que "la prochaine étape pour les éditeurs, et celle qui sera la plus bénéfique pour les consommateurs et les bibliothèques tendra vers la démocratisation de l'interopérabilité et la normalisation du contenu de ces livres électroniques. En ce sens, l'EPUB présente une flexibilité et une capacité d'adaptation à différents supports et leurs contraintes." dixit l'IDPF en mai 2008.
- l'epub est un format protégé par une couche qui "drmise" le document, le rendant non copiable. Mais cette couche peut être spécifique à chaque fournisseur. Seul Sony semble avoir pour l'instant négocié avec Adobe la mise au point.
- les autres formats risquent de devenir obsolètes parce que non compatibles avec toutes les tablettes. Ce qui pourrait entraîner des choix tactiques non négligeables. Bienheureuses les bibliothèques qui auront attendu un peu avant de passer commande de leurs tablettes : lire seulement du PRC sur la tablette choisie alors que l'epub sera la référence qui permettra de disposer des contenus les plus variés et sans doute les plus intéressants (en langue française) pourrait se révéler très frustrant.
- l'autre hypothèse serait que tout autre format que l'epub serait condamné à SA tablette. Suivez mon regard. Et qu'inversement, certains formats deviendraient de fait "propriétaires", ce qui irait jusqu'à l'interdiction de les utiliser en dehors d'un couple tablette/fournisseur de contenus.

Ces débats peuvent sembler dérisoires au regard du marché actuel. Mais en terme de service public les choix d'aujourd'hui engagent un peu l'avenir.
Il pourrait aussi y avoir un peu de bluff. Mais quand même, la tablette Sony à 250 ou 300 €, avec un format reconnu, c'est bien tentant ?

Bernard Strainchamps a donc raison de se consacrer à l'actualité littéraire, et de laisser aux autres la technique et l'encodage.

Mais nous ...

edit 10 septembre : Sony / Hachette, et ça polémique déjà, avant la conf de presse du 16 septembre