Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 16 octobre 2007

Sur la recommandation (1)

L'abolition de l'esclavage compulsif du bibliothécaire face à ses collections permet de relancer la question globale de la recommandation dans la bibliothèque.
Sujet souvent abordé, jamais vraiment posé dans son ensemble, sans doute par manque de modèle fiable ou plutôt de transfert du modèle économique (marchand) vers le non-marchand.
Car elle existe, la chaîne de la recommandation, et elle fait parler d'elle.
On en distingue assez clairement les "bienfaits" : amélioration de la circulation de l'information, dialogue, échanges, appel à contribution, positionnements nouveaux, indicateur de notoriété, outil quasi métrologique de l'intérêt porté aux collections, orientations voire modifications dans l'offre.
Plus difficile est d'imaginer la méthode qui mènerait à une telle mise en oeuvre :
- faut-il privilégier le développement de services avant tout ?
- ou bien re-procéder à une étude plus globale de l'offre, des publics, du rôle de la bibliothèque ?
- ou encore expérimenter tout de go avec "les moyens du bord" ?

Je dirais qu'il faudrait commencer par revisiter la problématique outils/services qui nous conduit parfois à de fâcheux égarements : excès de technologies, défaut de stratégie, par exemple.
Du coup, je préconise d'approfondir la trilogie déjà annoncée pour la faire "entrer" dans l'ère de la recommandation comme postulat de bien commun.

Mais après, par où continuer ?

55206ad4c6f3887f8d1ed98d3d5c6467.jpg

(merci, Fluide glacial)