Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 29 janvier 2009

ça-va-couper-dans-les-bibliothèques

Après les textes, les images

cavacouper.jpg

En quatre vidéos, l'UFC-Que choisir fait bien le tour de la question, ou plutôt des questions qui nous agitent en ce moment. A compléter par cet article qui présente très simplement les 6 griefs faits à la loi Création et Internet.

Et dans les bibliothèques ?
L'air de rien, l'Iabd est mobilisée depuis plusieurs semaines pour apporter les correctifs qui lui semblent nécessaires aux projets en cours. Il s'agit de plusieurs propositions d'amendements envoyés aux députés avant le débat du projet de loi Création et Internet. Dominique Lahary en tant que porte-parole de l'Interassociation a coordonné les travaux menés dans les associations et donné une forme convenable aux remarques, ajouts, et suggestions, ce qui n'est pas une mince mission. L'affaire porte sur l'exception pour reproduction qui avait été acquise de haute lutte dans la loi DADVSI du 1er août 2006.
A suivre, la Hadopi, autour des fameux fournisseurs d'accès. Injonctions qui serait étendue aux intermédiaires que NOUS SOMMES.
On se retrouve à nouveau dans une situation identique à celle de 2005 : alerter les parlementaires, négocier pied à pied avec les lobbies qui pèsent de tout leur poids sur toutes les instances possibles. Pour la lecture publique, il n'y a pas de juge d'instruction, donc pas la peine de le supprimer...
Pour dire que dans les tranchées juridiques, se joue quelque part l'avenir de la circulation des idées - n'ayons pas peur des mots ! - et que bien peu de voix s'élèvent pour défendre les droits collectifs.

Un jour de grève, ça peut aussi servir à dire - tout haut et très fort - combien les métiers que nous faisons portent des services qui s'appuient sur des libertés fondamentales : communiquer ce que nous avons dans les bibliothèques, les centres d'archives et les services de documentation.

Une prise de conscience encore trop faible dans nos milieux ? Oui


23:22 Publié dans DADVSI | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : davdsi, bibliothèques, sigb, portails, bibliothèques nuémriques, bibliothèques 2.0, iabd | |  Facebook | | |

mercredi, 19 décembre 2007

Vous reprendrez bien un peu de facettes ?

Jamais entre les OPAC

Raison de plus pour lire l'enquête de Marc Maisonneuve et Cécile Touitou parue récemment dans le dernier BBF.

Classification / navigation à facettes constituent (constitueront) une réelle avancée. Et nous débarrasseront d'une dialectique un peu lassante sur le bien-fondé de telle ou telle classification, assortie de noms d'oiseaux sur les choix offerts via un portail.

Encore faut-il assumer cette orientation, et en attendant que les prestataires daignent s'y intéresser vraiment, nous avons un peu de temps pour discuter - au fond - des catégories les plus pertinentes :
- pour l'usager,
- la cohérence des systèmes anciens/actuels de classification.

Ayons l'oeil


6719d37ba715773928154c10bfbbc1ad.jpg

13:59 Publié dans BIB Portails | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : opac, SIGB, portails, bibliothèques, Tosca, Maisonneuve, Touitou | |  Facebook | | |

lundi, 17 décembre 2007

Voir les ressources publiques sur les réseaux privés

Les effets de buzz et la mode feraient facilement penser qu'il faut être là où tout le monde est [ Confucius], et surtout ici et . Mais quand il s'agit de ressources documentaires, est-ce bien raisonnable ?
Ce n'est pas mon avis.
Nous fabriquons de la ressource publique avec des moyens publics et nous la mettons à disposition des usagers des bibliothèques. On sera d'accord pour penser que la visibilité est plus forte du côté des sites qui drainent des internautes friands de vidéos, d'images, de nouveautés et il est vrai que voir débarquer les choses de bibliothèques peut étonner, intéresser, attirer. Mais est-ce vraiment leur place ?
- Rien ne garantit la pérennité des sites concernés, et doit-on rappeler que les zones de droit sont plus que floues ? = absence de garanties.
- Nous ne travaillons pas que sur l'actualité = installer notre démarche dans le temps, aussi essentiel que dans l'espace
- Même si les portails ont parfois du mal à intégrer de la vidéo [et c'est le départ de cette réflexion], cette carence ne doit pas nous empêcher de faire l'économie d'une réflexion plus prospective = s'unir ?.

J'ai déjà donné sur les réseaux sociaux intrusifs (parce que non respectueux d'une identité). Sur d'autres, en raison du mode d'adhésion et de la double équation espace-temps, je suis très favorable à l'expérimentation.

6f52625740635762175f32a0fd9b9c90.jpg

21:42 Publié dans BIB | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : portails, bibliothèques, ressource publique | |  Facebook | | |

vendredi, 23 novembre 2007

La confusion des sentiments

Le billet de Homo Numéricus - démonstration à l'appui - pose de manière redoutable la question des places du navigateur et du moteur, et plus précisément de la confusion entre le formulaire de recherche de Google et la barre d’adresse du navigateur.

Question bien connue des gestionnaires de portail de bibliothèques qui réclament -à juste titre - une double recherche : et sur le catalogue et sur le portail, rarement effective sauf comme ici.

48b0cafd62c5cc40bea67ca28b737a64.jpg

La conclusion ?
"L’internaute citoyen est de plus en plus assisté dans sa recherche d’informations. Pour qu’il reste acteur de sa propre culture et de ses représentations, il est nécessaire qu’il maîtrise quelques notions de base, dont la première est celle d’URL, qui ne supportent pas la paresse d’esprit ni les approximations.".

Baste !

12:55 Publié dans BIB Portails | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : portails, bibliothèques, homo numericus, san ouest provence | |  Facebook | | |

lundi, 29 octobre 2007

Sur la recommandation (2)

Enflammé par le billet de Bibliobsession intitulé "Protection des données personnelles et recommandations dans l'OPAC", je vais tenter de mesurer ici mon propos pour faire avancer la chose.

6dc05fa079845fbd4a1ebdb13037e79b.jpg

ici, le bibliothécaire pratique la recommandation devant un public de lecteurs charmés

1. L'Opac n'est pas seul pour pratiquer et/ou faire pratiquer la recommandation. Devenant à terme l'une des composantes du Portail, il est sans doute peut-être le moins bien préparé à le faire. Les services Web 2.0 du portail sont plus puissants, plus ouverts et moins intrusifs (l'identification est plus légère). On dira que dans cette posture, la recommandation (telle qu'elle admise aujourd'hui dans les termes "ils vont aimer cela, s'ils ont fait ceci") sera moins efficiente.

2. Mais moins efficiente pour qui ? Le bibliothécaire ? On en revient à la figure même du bibliothécaire qui doit être le premier à devenir "Web 2.0" et on peut dire qu'on est loin du compte : c'est pourtant la clé du changement. Dans l'acte d'acquisition, la dimension échange/partage avec l'usager paraît bien mince. La suggestion d'achat doit faire partie du cycle de la recommandation avec l'assentiment du bibliothécaire, lequel doit mettre sa science au service de cette demande.

3. C'est donc en amont de la "chaîne livre" qu'il faut construire / imaginer, le cycle de la recommandation, l'intégrant comme une des composantes de la relation du bibliothécaire aux usagers, eux-mêmes la vivant avec la bibliothèque.

Une fois mises en place de telles dispositions, on peut penser que l'observation dira si l'effet est suffisant. Nécessaire oui.

23:35 Publié dans La recommandation | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : recommandation, bibliobsession, portails, cnil, opac, sigb | |  Facebook | | |