Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 15 avril 2008

Les Native inventent tous les jours, et ....

Archivesic publie cette petite étude fort instructive de Nicole Boubée du LERASS (Laboratoire d'études et de recherches appliquées en sciences sociales) sur les comportements des élèves du secondaire face à la recherche d'informations.
Les bibliothécaires "point tiret espace" ont quelques soucis à se faire sur l'avenir de leurs activités bibliographiques. Et les autres aussi : les collégiens annoncent tout simplement que c'est la recherche d'images qui leur permet d'accéder à l'information.
C'est formulé comme ça (je cite) :
- « Quand je mets tsunami pour l’image ça va me mettre une vague (…) et je vais aller sur l’image et ça va me mettre le site en bas ».
- « Après quand on clique [sur une image ...], ils nous donnent un site qui est bien (...). Sur le Web, des fois ils disent, je ne sais pas, on ne peut pas trouver. Tandis que là directement on a un bon site sur ça…pour trouver autre chose »

Commentaire (entre autres) de Nicole Boubée :
"...Préférence pour la rapidité, voire la facilité qu’autorise la communication visuelle, celle-ci lors de l’accès à l’information n’est pas l’apanage des plus jeunes. Des études conduites avec des adultes et selon la méthode de l’eye-tracking révèlent ces comportements d’évitement de lecture lors de visualisation de la page de résultats des moteur..."

Du souci à se faire ... ou du changement dans l'air

jeudi, 10 avril 2008

Disséminer en conscience

L'arrivée de la vidéo sur FlickR donne l'occasion de poser la question de la ressource publique sur des sites à partage dit social.

La dissémination est techniquement possible, juridiquement douteuse à mon avis et est-elle acceptable pour une ressource publique ?
A cette affirmation, à cette interrogation et à cette question, trois réflexions concomitantes :
1. Le passage d'une ressource publique d'un site public vers un espace social de type YouTube, dailymotion ou FlickR n'est pas anodin, notamment lorsque la ressource met en cause des tiers (auteurs, créateurs) lesquels ont réalisé une intervention dans une bibliothèque avec un contrat de prestation qui en aucun cas ne mentionne une possible diffusion"hors les murs". Faudrait-il alors signer un contrat de type MGM, pour se blinder juridiquement ?
2. Cette diffusion suppose d'avoir acquis des droits dans de bonnes conditions = cession d'un droit à l'image, engagement à ne pas dénaturer l'oeuvre ( exemples possibles : séance de slam, performance de poésie sonore et visuelle, auteur jeunesse en session, conférence), diffusion accompagnée d'une contextualisation indispensable, durée éventuellement négociée
3. Du côté technique, plusieurs garanties seraient exigibles comme la pérennité du site, la maîtrise du retrait (généralement prévue), la nature des droits (sans doute creative commons)
4. Qui est directeur de "publication"en ce cas ? = pour une bibliothèque municipale, est-ce le Maire ? Et comment gère-t-on cette demande ?

Malgré les tentations évidentes, faut-il appliquer un principe de précaution ?
Et avec qui en débattre ?

Débat