Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 20 mars 2008

Polyphonies (2) l'édition numérique a un prix

Sortie d'amphi, après une journée assez remplie.
La discussion éditeurs numériques /bibliothécaires "numériques"a pris un tour inédit, en aparté.
Elle a porté sur les modèles économiques qui rendraient accessibles aux bibliothèques l'achat/l'accès (ou location ? lecture en ligne?)
Du côté des éditeurs, aucun modèle économique ne s'affirme, sinon l'accès dans la bibliothèque, par repérage de l'adresse IP. Avec éventuellement, un paiement proportionnel à la consultation, pour reversement aux auteurs d'un minimum.

On évoque aussi la L.O.D. - terme inventé sur place - pour désigner la lecture en ligne, payée à l'heure, au mois, au document. Devant les facilités apportées par la VOD, on peut en effet rêver ....

Mais l'accès - à distance - par l'abonné aux documents créés par l'édition numérique doit être évoquée, en plus ou à la place de l'identification par la seule adresse IP :
- parce que faisant partie des usages (via les portails de bibliothèques, les sites d'accès aux documents numérisés qui ne sont plus sous droits)
- parce que moins coûteux pour la collectivité (pas d'ordinateurs à acheter, gérer, maintenir, pas de réseau à développer).

Du coup, c'est l'hypothèse d'une création de plateforme, avec identification "abonné" ; la bibliothèque achète, loue, les livres numériques et en donne accès à ses abonnés.

Accès "définitif" ? A voir, sur des textes de littérature contemporaine, des parutions en marge, pourquoi ne pas sortir du définitif achat : a-t-il un sens sur ces niches ? Ne peut-il être pensé comme un accompagnement "temporaire" de collections, dans un contexte de mise à disposition thématique, de découverte, de curiosité ?

db9c89bbb3fd9bbfcf8179887c35a22a.jpg

18:45 Publié dans La recommandation | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : polyphonies, IUT, la roche sur yon, publie.net, abicia, A montour, editis | |  Facebook | | |

Polyphonies 2008 (1)

Journée consacrée à la recommandation, sous l'égide d'Olivier Ertzscheid.
Ma participation aura consisté à pointer les questionnements les plus évidents pour les bibliothécaires en soulignant la progressivité du processus dans les bibliothèques.
Non sans en affirmer l'ardente obligation.


les deux liens vidéo sont :
modèle marchand # modèle non-marchand :
http://www.culturepub.fr/videos/ikea-besta.html

final :
http://www.culturepub.fr/videos/steimatzky-book-store.html

mercredi, 12 mars 2008

Un peu de médiation avant le Printemps

Olivier Ertzscheid a le don de proposer une rencontre un brin studieuse la veille du printemps, ou encore - pour cette année, - l'avant-veille de l'anniversaire des Ides de mars.

Tout est expliqué là-dedans.
C'est le 20 mars, à la Roche-sur-Yon.

72335011f4b4259d17ac47ac2fd87f3c.jpg

mercredi, 06 février 2008

Bibliothécaires, venez défendre ....

"Libraires, bibliothécaires et éditeurs, venez défendre ce qui fait la valeur ajoutée de vos métiers : le conseil et la prescription."
Le message est clair et s'adresse aux "prospecteurs" en tous genres.
Polyphonies donc, sur le thème de la recommandation. Avec peut-être les tous nouveaux venus.

c843b6068017af8a1acff6b157829e20.jpg

A suivre

07:15 Publié dans demain, les bibliothèques | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : polyphonies, recommandation | |  Facebook | | |

mercredi, 27 juin 2007

La bibliothèque en recommandé va-t-elle accuser réception ?

C'est à la journée du 1er juin - dont on a parlé ici et que j'ai pu réunir quelques matériaux sur le concept de recommandation appliquée aux bibliothèques.
Valeur(s) ajoutée(s) certaine du bibliothécaire pour l'usager, la recommandation apparaît comme un des points sensibles dans la chaîne du livre numérique.
- A ma droite, Amazon qui a (trop) poussé le bouchon avec Amapedia. Google fait aussi quelques tentatives en ce sens (encore lui !).
- A ma gauche, les bibliothèques (et bibliothèques) qui ruminent les recommandations dans le champ des valeurs (et non dans celui des usages et des services). Quant aux attributs ...
- Au milieu, quelques ambiguïtés notables qui ne portent pas vraiment à conséquence, certes, mais qui plutôt décideraient de la réussite économiques des entreprises. Quoique... Pris en flagrante contradiction, les diffuseurs font de la disposition du catalogue un argument de recommandation et créent la confusion contenu/recommandation/mode d'accès, surtout quand le contenu, heu, ne veut rien dire vraiment.

Ce qui reviendrait à travailler sur ces services nouveaux, après toutefois avoir arrêté une charte de la recommandation qui respecte l'usager (son anonymat, ses choix, bref son identité) :
- en direction des publics dits "empêchés" [ de tourner en rond ?]
- pour transcender l'animation en une découverte goûteuse des colllections
- pour créer les rebonds
- pour enrichir la connaissance de ses publics ?

f15b7901d2ecb19ad6cdccb93c8903a3.jpg

22:10 Publié dans BIB | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : recommandation, affordance, amapedia, Marie Calmet, enssib, polyphonies, publics empêchés | |  Facebook | | |