Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 19 décembre 2009

Polinum encore

Evoqué dans ce billet, le projet Polinum a été présenté comme prévu le 17 décembre.  La description du projet contient quelques approches intéressantes pour les bibliothèques et centres documentaires. Les prolégomènes me semblent justes, et la prise en compte des principaux supports de lecture (tablettes, ordinateur, smartphone, console) très pertinente. Tout comme de poser comme principe que cette plateforme doit déboucher sur de nouveaux modèles économiques. Le gros mot est lâché...


polinum.jpg

10:02 Publié dans demain, les bibliothèques | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : polinum, tessier, google, bibliothèques, bibliothécaires | |  Facebook | | |

lundi, 30 novembre 2009

Plateformes enfin ?

D'aucuns connaissent mon obsession morbide pour les projets de plateformes d'accès aux documents numériques, ici et maintenant, c'est-à-dire adaptables à chaque établissement et capables de mettre à disposition toutes les acquisitions/ découvertes/ production tant pour les usagers que pour les abonnés. ( et je ne suis pas le seul)

Accélération soudaine des processus ? Révélations  opportunes ou opportunistes de projets ?  L'annonce de la présentation  imminente de POLINUM le 17 décembre prochain révèle que des acteurs de la chaîne numérique sont très intéressés  - soudain ? - par la diffusion. On citera dans le désordre : Arkhenum, I2S, Exalead, Adera et encore Isako.

[Rappel arrière et récent : I2S vient de prendre le contrôle d'Amanager, soit une alliance d'acteurs majeurs de la numérisation ( matériels et process).]

D'un côté, immobilisme quasi total (on en connaît les raisons et elles n'excusent pas tout), de l'autre projet quasi industriel. Et entre les deux ? Quels sont les acteurs de la numérisation qui pourraient participer à un tel développement ? Quel écho recevraient-ils de la part de bibliothèques ? Qui financerait l'étude ? Pourquoi tant de silences ?

4 à 5 e-diffuseurs d'ebooks pas toujours connectés aux libraires, une demi-douzaine de plateformes pour bibliothèques ( Numilog, Bibliomedias, l'Harmattèque, Eni, Cyberlibris, ...) = un désordre qui n'engendre pas les projets. Et pourtant, l'urgence est certaine.