Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 26 février 2010

Bibliothèques : du portail à la plateforme ?

Affaire sémantique peut-être mais pas seulement.

Les questionnements sur les portails de bibliothèques datent de la période 2004-2007. Ils correspondaient à une volonté d'améliorer qualitativement et quntitativement l'offre en ligne : de services, de contenus.

Les réflexions du jour prennent deux directions :

- tout dans les "nuages" tout est là-bas; le principe de territorialité en prend un sacré coup

- rien dans les poches, sauf un smartphone ; mobilité extrême.

Ces deux directions ( sans doute et sûrement convergentes) changent la nature de l'exercice. Ce qui était conçu comme un ensemble de services ( à l'usager, à l'abonné, aux publics spécifiques, etc...) pourrait devenir une plate-forme d'applications où redevient premier le "besoin" de l'usager/abonné =

- un Opac mobile vous rendrait service,  ? et hop !

- bienvenue dans la "Bib apps" et faites vos choix : gestion de compte, derniers doc numériques, nouveautés, et, non, pas les sélections biblio, oui  oui les choix jeunesse, et plutôt les conférences après 18 heures

- "et au fait vous me conseillerez quoi comme encyclo en ligne?"

A suivre...

Ecosse - Plateforme Offshore.jpg

 

08:10 Publié dans Bib en prospective, Bib Mob | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : nuages, smartphone, mobile, toulouse, plateforme, sigb, opac mobile | |  Facebook | | |

lundi, 30 novembre 2009

Plateformes enfin ?

D'aucuns connaissent mon obsession morbide pour les projets de plateformes d'accès aux documents numériques, ici et maintenant, c'est-à-dire adaptables à chaque établissement et capables de mettre à disposition toutes les acquisitions/ découvertes/ production tant pour les usagers que pour les abonnés. ( et je ne suis pas le seul)

Accélération soudaine des processus ? Révélations  opportunes ou opportunistes de projets ?  L'annonce de la présentation  imminente de POLINUM le 17 décembre prochain révèle que des acteurs de la chaîne numérique sont très intéressés  - soudain ? - par la diffusion. On citera dans le désordre : Arkhenum, I2S, Exalead, Adera et encore Isako.

[Rappel arrière et récent : I2S vient de prendre le contrôle d'Amanager, soit une alliance d'acteurs majeurs de la numérisation ( matériels et process).]

D'un côté, immobilisme quasi total (on en connaît les raisons et elles n'excusent pas tout), de l'autre projet quasi industriel. Et entre les deux ? Quels sont les acteurs de la numérisation qui pourraient participer à un tel développement ? Quel écho recevraient-ils de la part de bibliothèques ? Qui financerait l'étude ? Pourquoi tant de silences ?

4 à 5 e-diffuseurs d'ebooks pas toujours connectés aux libraires, une demi-douzaine de plateformes pour bibliothèques ( Numilog, Bibliomedias, l'Harmattèque, Eni, Cyberlibris, ...) = un désordre qui n'engendre pas les projets. Et pourtant, l'urgence est certaine.