Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 20 janvier 2008

Bleue et suédoise

2f03cb8aee0fe135087001338cacfc41.jpg

On a l'habitude - et à tort- d'associer la couleur blonde à la suédoise.
En fait, il n'est pas rare de voir la teinte bleue dans certaines variétés de pommes de terre, selon le très sérieux Centre de recherches sur la pomme de terre, par exemple :
- Congo ISSN 1496-497X
- British Columbia Blue
- McIntosh Black
- River John Blue

Il n'aura échappé à personne à quel point la patate permet de réaliser une communauté universelle que beaucoup d'autres légumes (hommes d'Etat, philosophes, académiciens) peuvent lui envier.

Et enfin cette recette due à nos amis suisses :
Comme la plupart des pommes de terre, la variété appelée suédoise bleue vient d'Amérique et a été introduite en Europe aux alentours de 1540 par les Espagnols. Son arrivée en Suisse est certainement due aux Scandinaves qui l'auraient importé dans le pays. Après avoir disparu et réapparu à maintes reprises, elle connaît aujourd'hui un renouveau.

Si son goût ne diffère pas des autres pommes de terre, sa couleur tend à disparaître quand on la cuit. La préparer sous la forme de chips permet de garder sa teinte originale, ce qui est valable pour une majorité de légumes.

Une mandoline permettra de couper finement le tubercule. Les lamelles seront ensuite mises à frire dans un bain d'huile neutre telle que l'arachide ou le tournesol. Après la cuisson, on les déposera sur du papier ménage pour ôter les résidus d'huile avant de les saler.