Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 15 mars 2010

Le SNE et moi

Invité à prendre la parole  le 31 mars aux assises numériques du SNE (pendant le Salon du livre), je rumine ce que je vais dire ( et ne pas dire). Et peut-être me contenter de ce billet qui après parution, me vaudra de ne plus être invité.

Je voudrais exprimer 1 350  idées simples :

01. quand on lit, quand on aime lire, on est curieux de tous ses supports et on attend des libraires que les livres soient mis aux nouveaux formats, très naturellement.

42.  quand on travaille pour une bibliothèque, on souhaite avoir un Service d'Accès au Livre Numérique ( un SALINUM) pour proposer à tous les abonnés de lire les livres numériques acquis par la bibliothèque, sans avoir un manuel juridique sous la main.

113.  quand on s'occupe des acquisitions dans une bibliothèque, on aimerait disposer d'un accès au livre numérique sous forme d'une sorte de licence négociée avec son libraire, pour compléter/suppléer/ supplémenter l'existant (matériel). ce qui respecte les droits et offre un vrai service.

679. quand on parle avec des usagers de bibliothèques, (enfin, s'ils ne sont pas sur leurs smartphones ou leur netbooks), on n'aime pas trop leurs remarques sur notre léger retard en matière de dispositif numérique. Surtout quand par ailleurs, on sait un peu être présents sur les réseaux sociaux.

1107.  on s'en sortira ensemble ou pas du tout  : auteurs, éditeurs, diffuseurs, distributeurs, libraires, bibliothécaires (et pas forcément bibliothèques) ont partie liée parce que dans une chaine économique et  médiatrice du livre. Si chacun en est persuadé, c'est mieux.

1283.  ce serait bien de parler ensemble de droit de prêt du livre numérique, mais aussi et surtout de livres numériques augmentés, de services croisés, de projets communs.

1350. Nous sommes le 1er avril 2010. A la suite des Assises Numériques du SNE, trois décisions importantes ont été prises :

- le taux de TVA du livre numérique est abaissé à 5,5 % pour les bibliothèques publiques, par décision des éditeurs et des  libraires.

- Les éditeurs ont demandé à leurs diffuseurs et distributeurs de mettre en place une licence d'accès aux livres numériques sur la base d'un contrat que les libraires feront fonctionner dans le cadre des acquisitions de bibliothèques ( durée, nombre d'accès, tatouage des oeuvres...)

- quand droit de prêt numérique il y aura , le reversement sera effectué en partie dans un fonds destiné à  numériser les oeuvres orphelines qui seront remises gratuitement aux bibliothèques ( accès abonnés et sur place).

1er avril ? vous avez des doutes sur cette date ? Pourquoi ?

 

 

mardi, 09 mars 2010

Bib Mob c'est qui, Bibi ?


tél_mobile_DS.jpg

 

J'emprunte le nom de cette nouvelle catégorie de billets au projet toulousain retenu dans le cadre de l'AAP du Ministère de la Culture.

On en parle beaucoup  ici et , et on théorise déjà, alors que le dossier en est - il faut le reconnaître - à  tous ses débuts. Peu de projets français ou francophones en cours, c'est vrai et une intense curiosité qui se maniifetse par des demandes d'info ; déjà.

Les prémisses du projet plongent dans la recherche d'adéquation entre usages et services, et "plus si affinités" : on pourrait parler de la Bibliothèque augmentée, par exemple.

Le monde des smartphones est assez éloigné de celui des bibliothèques : stratégie, publics, applications, contenus... Pour se comprendre, il faudra se parler.

Le catalogue  de la Bibliothèque de Toulouse accessible sur smartphone est un premier pas ; il s'agit d'une application Web, pas encore adaptée aux systèmes d'exploitation (OS) des plateformes de smartphones : Apple, Androïd et encore Symbian, RIM, etc...

Nombreuses sont les questions : techniques, ergonomiques, focntionnelles, approche des publics, communication...

On peut prédire que cette expérience modifiera en profondeur nos approches de services en ligne (comme le fait actuellement la pratique des réseaux sociaux). Et que la conjonction réseaux sociaux / services mobiles ouvrira encore d'autres  portes.

 

A suivre...

21:54 Publié dans Bib Mob | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : mobiles, bibliothèques mobiles, smartphones, opac, toulouse, bibliothèque augmentée | |  Facebook | | |

mardi, 08 septembre 2009

Google livres , c'est mal ?

300px-Janus-Vatican.JPG

C'est bien !

- parce que les associations de l'Iabd ont proposé de nouvelles voies pour la numérisation du patrimoine public,

- parce que le statut des oeuvres orphelines va forcément changer, enfin, et que la petite ouverture d'Hadopi après Dadvsi sur la consultation sur place aurait tout intérêt à devenir "accès public"

- parce que les bibliothécaires vont devoir rapidement rendre intelligible leur travail d'indexation, irremplaçable et public,

- parce que  - quoiqu'il arrive - la numérisation ne sera plus jamais comme avant,

- parce qu'il est temps d'engager de nouvelles méthodes de numérisation du "local" en même temps qu'il va falloir construire des entrepôts publics du "global" sur un modèle culturel plus proche des digital natives

- parce que c'est la reconnaissance des initiatives déjà prises - même si peu nombreuses - vers la diffusion sans tabou (mais pas sans droit)

- parce que les élus sont en train de se demander quand ils vont devoir accepter des Googlethèques et que quelque part ça les interpelle au niveau des politiques territoriales

 

 

22:45 Publié dans demain, les bibliothèques | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : bibliothèques, bibliothécaires, google, opac, sigb, web 2.0, iabd, adbs | |  Facebook | | |

mercredi, 19 décembre 2007

Vous reprendrez bien un peu de facettes ?

Jamais entre les OPAC

Raison de plus pour lire l'enquête de Marc Maisonneuve et Cécile Touitou parue récemment dans le dernier BBF.

Classification / navigation à facettes constituent (constitueront) une réelle avancée. Et nous débarrasseront d'une dialectique un peu lassante sur le bien-fondé de telle ou telle classification, assortie de noms d'oiseaux sur les choix offerts via un portail.

Encore faut-il assumer cette orientation, et en attendant que les prestataires daignent s'y intéresser vraiment, nous avons un peu de temps pour discuter - au fond - des catégories les plus pertinentes :
- pour l'usager,
- la cohérence des systèmes anciens/actuels de classification.

Ayons l'oeil


6719d37ba715773928154c10bfbbc1ad.jpg

13:59 Publié dans BIB Portails | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : opac, SIGB, portails, bibliothèques, Tosca, Maisonneuve, Touitou | |  Facebook | | |

lundi, 29 octobre 2007

Sur la recommandation (2)

Enflammé par le billet de Bibliobsession intitulé "Protection des données personnelles et recommandations dans l'OPAC", je vais tenter de mesurer ici mon propos pour faire avancer la chose.

6dc05fa079845fbd4a1ebdb13037e79b.jpg

ici, le bibliothécaire pratique la recommandation devant un public de lecteurs charmés

1. L'Opac n'est pas seul pour pratiquer et/ou faire pratiquer la recommandation. Devenant à terme l'une des composantes du Portail, il est sans doute peut-être le moins bien préparé à le faire. Les services Web 2.0 du portail sont plus puissants, plus ouverts et moins intrusifs (l'identification est plus légère). On dira que dans cette posture, la recommandation (telle qu'elle admise aujourd'hui dans les termes "ils vont aimer cela, s'ils ont fait ceci") sera moins efficiente.

2. Mais moins efficiente pour qui ? Le bibliothécaire ? On en revient à la figure même du bibliothécaire qui doit être le premier à devenir "Web 2.0" et on peut dire qu'on est loin du compte : c'est pourtant la clé du changement. Dans l'acte d'acquisition, la dimension échange/partage avec l'usager paraît bien mince. La suggestion d'achat doit faire partie du cycle de la recommandation avec l'assentiment du bibliothécaire, lequel doit mettre sa science au service de cette demande.

3. C'est donc en amont de la "chaîne livre" qu'il faut construire / imaginer, le cycle de la recommandation, l'intégrant comme une des composantes de la relation du bibliothécaire aux usagers, eux-mêmes la vivant avec la bibliothèque.

Une fois mises en place de telles dispositions, on peut penser que l'observation dira si l'effet est suffisant. Nécessaire oui.

23:35 Publié dans La recommandation | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : recommandation, bibliobsession, portails, cnil, opac, sigb | |  Facebook | | |