Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 03 mars 2008

La bibliothèque dans la ville 2.0 ?

A l'occasion de la parution de ce billet sur le blog d'Internet Actu, on peut se re-poser la question de la place de la bibliothèque dans l'espace-temps "ville". ("Espace-temps" en raison des multiples possibilités d'ouverture et d'accès aux services avec le Web 2.0. )
Un peu d'histoire : il s'agit d'un chantier important lancé par la Fing pour une recréation de la ville.
On en voit un aperçu ici, avec une revue en détail des contextes de changement :



Pour réussir le changement, sont évoquées trois conditions :
- le partage et l’ouverture des données,
- la mise à disposition d’infrastructures de services mutualisées,
- l'implication des usagers.

Ce qui passera par deux objectifs : "produire un cahier des charges de la ville comme plate-forme d’innovation ouverte et à identifier des projets concrets (opérationnels ou collectifs)"

Nous sommes donc bien dans cette orbite et peut-être plus qu'on ne le pense, à lire ce commentaire enthousiaste. La Fing propose très régulièrement de partager ses expériences. Qu'on se le dise ....

22:45 Publié dans demain, les bibliothèques | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : fing, ville 2.0, bibliothèques, médiathèques | |  Facebook | | |

lundi, 19 février 2007

Un nom de domaine pour les bibliothèques ?

"bm.", "mediatheque.", : les stratégies d'appellation des bibliothèques territoriales semblent varier au gré de critères qui ne sont pas certes pas ceux de la visibilité globale de ces établissements.

En partant de la liste établie sur le site Internet de l'ADBGV (au 15 février 2007), soit environ une centaine d'adresses,
on obtient les résulats suivants :
- nom de domaine commençant par "bm", "bmvr", "mediatheques" , "bib", "nom de la bibliothèque" : 52 soit un peu plus de 50 % [ vivisimo en compte 63, dont quelques intrus]
- nom de domaine , suffixe d'un site de collectivité territoriale : 27
- indication d'une rubrique dans un site institutionnel : 9
- renvoi au site Internet de la collectivité : 8.

medium_bib2000addnb.png

S'il existe des conventions de nommage propres aux collectivités (format commun de nom de domaine), l'ajout de préfixes ou de suffixes n'obéit à aucune contrainte. Et plus encore, le terme "bm" n'est pas soumis à autorisation ou obligation.
La question pourrait revenir d'actualité avec les nouvelles règles fixées par loi, qui peut déléguer à un organisme prestataire l'attribution des noms de domaines. L'Afnic d'ailleurs s'en étonne - à juste titre, tant il semblait acquis que ce "patrimoine national" devait être préservé sans discussion.


Quelle est alors [et quelle serait] la visibilité des "bm" sur l'Internet ?
Aucune !
Alors que certaines professions ou établissements disposent de noms de domaines réservés : avocats, médecins, fondation, confédération, les bibliothèques n'ont jamais fait l'objet d'une telle restriction.

L'usage premier est vraisemblablement le "bm.", qui a été remplacé par "mediatheques." (une douzaine de sites), mais sans que s'organise une classification transparente ; celle-ci aurait pu être le fait d'associations professionnelles, sous forme de recommandation par exemple, avec ou sans protection de l'appellation.
medium_pizza.jpg

Les avantages d'une telle démarche : le syndrome de la pizza "globale"
- un accès reconnu aux bibliothèques publiques (y associer les B.U.) ; rêvons à une localisation d'une bibliothèque de manière aussi simple que celle d'une pizzeria ...et donc une couverture du territoire
- un développement de la consultation des ressources en ligne des bibliothèques,
- un encouragement - une émulation - au développement de services à l'usager,
- un réseau identifié et cohérent, par les liens qu'il engendre entre établissements, par les mutualisations possibles,
- une sorte de "label" de service public.

Et ses inconvénients : la restriction cognitive.

- d'autres établissements que les bibliothèques proposent leurs ressources en ligne : le concept d'intelligence territoriale( évoqué ici et repris par ) gagne du terrain,
- il n'est pas (encore) certain que le modèle de la bibliothèque en ligne soit le meilleur vecteur d'accès au savoir, versus l'espace social "ici et maintenant" ; en tous cas, l'affaire avance assez lentement ;-)

Ah ! Si tous les biblio.fr du monde voulaient ...

08:30 Publié dans Hybridation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : afnic, adbgv, bibliotheques, mediatheques, corbineau | |  Facebook | | |