Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 01 février 2007

Prémices ou prémisses ? (1)

La journée des URFIST du 31 janvier était consacrée à l'évaluation et à la validation de l'information sur Internet.
Copieux programme devant un amphi bien rempli. Dans la liste des participants, on repérait un quarteron de mousquetaires de bibliothécaires territoriaux : celui-ci, celui-là et votre serviteur ; on ajoutera la cousine de la BPI.

[le photographe officiel n'avait pas oublié, lui, son outil de travail.]

Les comptes-rendus officiels fleuriront rapidement, et les PP/RP (Pauvre-point / Riche point) devraient être mis en ligne sans tarder non plus.
edit 3 février : les vidéos sont toutes ici
Il s'agit donc ici d'impressions, et de saillies universitaires nécessaires à la fécondation des milieux.

Après une introduction qui faisait craindre le pire pour les tenants du savoir indigène (opposé au savoir savant des chercheurs), Marin Dacos (revues.org) engageait le fer sur un item tonitruant : "les pairs et le cluster".
Centrée sur l'évaluation, son intervention mettait en avant la faiblesses des études menées sur le sujet et leur rareté (ce qui est rare est cher) : rapport Janin en 2003, enquête en 2004, puis rapport à nouveau en 2007.
De ce pertinent tour d'horizon des rapports entre évaluation et publications scientifiques, et pour revenir sur terre , Marin Dacos mettait l'accent sur l'absence navrante de répertoires , et du coup posait la question de la communauté à créer pour y parvenir. Vaste sujet qui nous concerne un peu, aussi ... Pas mieux du côté des moteurs au nombre de quatre dont l'in extenso (que l'on peut joindre par Netvibes , avec Cairn et Persée dans un seul onglet).

Sombres pensées atténuées par une conclusion en forme de perspectives ...
- la démocratie évaluative est possible sur Internet,
- la nouvelle donne éditoriale est réelle (comme del.icio.us),
- on assiste à la revanche des périodiques et au succès des petites unités documentaires,
- le blog pourrait être considéré comme un "carnet de recherche" (celui-là ne sera pas contre !) que l'intervenant qualifie comme un début de facteur d'impact (les chercheurs se comprennent).

medium_tentations.jpg

D'où un triple tentation :
- l'obsidoniale qui empêche de prendre possession des terrains de fertilité pour y agir de l'intérieur
- la totalitaire, en créant LE guichet unique,
- la technocentrée, en demandant à la technologie de résoudre tous les problèmes.

Il semblait alors que l'agneau avait ainsi été sacrifié sur l'autel de l'orthodoxie universitaire. Certes, mais pas avant d'avoir révélé quelques mystères relatifs à l'évaluation.
Ce à quoi s'est employé Manuel Durand-Barthez pour reposer la question de l'évaluation a priori et/ou a posteriori. De Scholar Google [voir cette excellente fiche de JP Lardy, autre urfiste), il pouvait retenir trois éléments confondants :
- le nombre inconnu d'éditeurs,
- l'exploitation pas assez sophistiquée,
- l'imprécision sur l'indexation (par ex l'homonymie des auteurs).
CQFD. Le facteur d'impact, du coup, changerait de nature : le nombre de téléchargements génèrerait des citations et le calcul du temps écoulé entre ces deux actions déterminerait le dit facteur.

Sans aller plus loin dans les méthodes proposées, je poserais le paradoxe suivant :
Si le chercheur veut maîtriser à tout prix (non, pas à n'importe quel prix !) sa communication, ce qui est légitime, comment peut-il demander à contrôler et l'outil et sa mise en valeur sans se compromettre ?
Pour ce qui est de la recherche appliquée -qui généralement est celle qui nous intéresse - cette posture est repoussante, rend illisible les réseaux de recherche (je me pose la question, en tant qu'indigène, des apports voisins de cette journée avec celle de l'Isko en juin 2006) et renforce une stupide fracture entre communautés (prétentieux !)

Mais soudain, dans la deuxième partie, deux éclaireurs ....

22:20 Publié dans URFIST _31 janvier 07 | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : urfist, Marin Dacos, Manuel Durand-Barthez, Jean-Pierre Lardy, isko | |  Facebook | | |

lundi, 26 juin 2006

Isko 26 juin 06 à Nantes(1)

Retour sur la journée organisée par Isko dans le cadre de la Semaine de la connaissance, ce lundi 26 juin. Le thème était double :
- structuration et organisation des savoirs en ligne,
- nouveaux outils d'accès au savoir.

On en retiendra, avant un compte-rendu plus complet, que la recherche universitaire s'agite autour des questions relatives aux classifications : du savoir numérique, des structures logiques et sémantique, de la fouille des textes, agrémentées de quelques communications à caractère quasi ésotérique pour le béotien que je suis.

On y a parlé encyclopédies et structures (Universalis vs Wikipédia, par exemple), comparaison des recherches avec métamoteurs (et crédibilité), sémantique et lexical.
Derrière les gros mots, une volonté authentique de faire avancer les SIC (Sciences de l'Information et de la communication), ce qui n'est déjà pas si mal. D'autant que dans la mise à disposition des informations aux usagers des bibliothèques passe bien par là.
Mais qui faut-il convaincre ? Pas les professionnels, convertis de première heure. Les prestataires fournisseurs de SIGB/OPAC/Portails ? Sans doute. Plus encore, les mondes "savant"' et "indigène" ont du mal à se joindre, parfois.

Essayons.

22:25 Publié dans z_ISKO Nantes 06 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : isko, classification, sémantique, lexical | |  Facebook | | |