Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 17 février 2012

Dans l'urgence : un vieil homme, la mer, François Bon, Gallimard

 

FBon_OmbrBlanc_25janv2012.jpg

François Bon à la librairie Ombres Blanches - Toulouse le 25 janvier 2012

J'ai vu François Bon trois ou quatre fois dans ma vie : à Angers à la BU en janvier 2009, à Bagnolet pour un pechakucha en novembre 2010 et récemment, le mercredi 25 janvier 2012 à Toulouse chez Ombres Blanches.
Depuis le début de Publie.net, à ma façon, j'ai suivi l'aventure. En piochant dedans, en tentant de convaincre les bibliothèques de s'abonner, en gardant un lien.

A Toulouse, peut-être 100 personnes dans la salle  : commentaires parfois acides des participants, pelote numérique dévidée à grande vitesse, éclairs de compréhension, doutes. Bref, un débat.

Aujourd'hui, c'est la honte : Gallimard, érigé en tabellion du droit, traite le créateur de Publie.net par un papier d'huissier. C'est la honte parce que François Bon est - quoiqu'on en pense - respecté pour son travail de défricheur, d'auteur, de précurseur. Et voilà que comme Bernard de Palissy, il brûle ses livres, pardon, il met aux poubelles ses exemplaires papier, devenus le rappel ignominieux d'un éditeur prestigieux qui a commis un geste -disons-le- imbécile et stupide.

Ceux qui fréquentent les allées du livre numérique savent combien le sujet peut devenir délicat dans la mutation de la chaîne du livre à un écosystème nouveau. Les invectives sont rares, les désaccords oui. A un moment ou un autre, on trouve un espace de discussion, d'échange, voire de confrontation des positions.

Je ne suis, je ne serai pas le seul à réagir. Je ne suis pas particulièrement habilité à prêcher le retour au calme et je n'en ai pas les moyens.

Seulement dire à François Bon combien sa décision de partir nous pénaliserait et à Gallimard que la guerre de positions c'était bien, autrefois.

 

A suivre ...

 

dimanche, 07 mars 2010

ebook actu semaine du 1er mars 2010

A Quimperlé, les ebooks et les tablettes

Après Chateaubriant, voilà une autre médiathèque (dont on saluera le travail 2.0) qui présente tout ça à ses visiteurs/lecteurs/abonnés.

Acer n'a plus  la e-foi

Patatras ! Acer décide d'abandonner les tablettes. deux arguments ( dont l'un réversible) sont avancés :

- " les débouchés potentiels pour assurer une diffusion de masse sont à l’heure actuelle insuffisants"

- "A moins que les différents acteurs se décident enfin à tenir compte des attentes du grand public, notamment concernant les tarifs pratiqués sur les livres électroniques et les questions d’interopérabilités": oui on voit un peu de quoi il peut s'agir.

Quand Androïd rêve autant que Sony

Les nouveaux systèmes d'exploitation s'intéressent de près aux livres numériques en imaginant  à partir de tablettes - sans  doute - des plateformes futures d'accès. Une sorte de cycle nouveau où tout le monde fait tout : et bientôt Google nous écrirait des romans ????

S'amuser avec l'iPad ...

Pour faire grimper la côte à ton tracteur, mon enfant, hisse ta tablette vers le haut (on parle de coin Nord-Est) : quelle découverte

... et donc ne pas oublier les enfants

Les e-books arrivent pour la petite classe : tabettes + contenus. A suivre

La sélection de la sélection : du nectar ?

Pintiniblog réalise très régulièrement une revue de presse

Le 4 mai, la fête aux DRM

Ce sera une journée mondiale. Et ne pas confondre fin des DRM et fin des droits : c'est que cette journée aura aussi  pour objectif de faire comprendre. Sur le livre numérique, la technique du tatouage se développe au détriment des DRM. Tant mieux.

Ouverture / fermeture/

Les bibliothèques ferment, les boîtes de nuit ouvrent : ça se passe en Grande-Bretagne.  Mais ce phénomène ne serait-il pas en train de traverser la Manche ?

bib_boitedenuit.jpg

 

Vos papiers !

lesfauxpapiers.jpg

"Les Éditions des Faux Papiers proposent un catalogue regroupant des œuvres inédites dans des domaines aussi divers que la photographie, la poésie, la littérature, le dessin, la peinture, la bande dessinée ou les livres pour enfants...". D'une grande qualité graphique, à défaut d'avoir un catalogue étoffé, voilà un nouveau venu qui en manquera pas d'intéresser.

L'ebook touche pipi

Où se nichent les ebooks ? Dans ces applications pour le moins surprenantes mais qui doivent nous aider à colmater les fuites.

N'ayez pas peur ( des ebooks)

C'est François Bon qui s'y colle.

11:17 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ebook, e-book, bibliothèques, acer, android, drm, francois bon | |  Facebook | | |

samedi, 13 février 2010

ebook actu semaine du 8 février 2010

A lire

Signalé par Aldus et actudesebooks, un bon dossier  concocté par Radio France fait le tour de la question.

Pour un panorama mensuel, Educnet fait sa veille sur le livre numérique.

Tiers-Livre fait dans le capillotracté mais avec raison : et la question va-t-elle rester sans réponse ? En écho, via Aldus, l'avenir de Numilog repose bien sur la question des éditeurs/libraires.

Mazette, pas cher

Un Opus à moins de 200 € ? c'est possible avec l'offre de Pixmania

Et à Issy, comment vont les tablettes ?

Au hasard parmi les nombreux articles de presse, cette vidéo qui et que ... Moralité : Issy a fait plus pour les tablettes que toute l'interprofession réunie. Une sorte d'Apple, quoi...

Tiens revoilà les libraires. Deux hubs pour le prix d'un

Inquiétude du côté libraires quand arrivent les livres numériques. Bien d'accord pour les voir acteurs à part entière dans le processus du livre numérique (s'ailleurs les "aides" proposées par epagine sur leurs sites mériteraient un effort pédagogique). L'article du Monde s'évertue à le démontrer. Et nous voilà avec deux plateformes, l'une pour les éditeurs l'autre pour les libraires. Jjamais deux sans trois : pensez aux bibliothèques !

Alors c'est Nicolas ou  Yann qui est gratuit ?

2degres_de_trop.jpg

Belle initiative d'epagine que de proposer Un léger passage à vide de Nicolas Rey en téléchargement gratuit le jeudi 11 février : patatras, c'est 2 degrés de trop de Yann Arthus-Bertrand qui est proposé. Pas grave, sinon que Yann sur la tablette  (42 Mo quand même), c'est plus dur en noir&blanc...

Mais dès le lendemain, le passage à vide n'est plus vide. Chic, deux pour le prix d'un.

La Saint-Valentin des ebooks à la BnF

La BnF vient d'acquérir 15 000 ebooks auprès de Elsevier et Springer. Les lecteurs de la bibliothèque de recherche munis de leur carte annuelle pourront les télécharger à distance. Question droits : un prêt ou un téléchargement ? quelle durée ? Copie possible (partielle, totale) ? impression? droit de citation ? Lecture beaucoup moins sexy que celles-là mais chut c'est il-lé-gal de faire ça...

Proust, alors

madeleine.jpg

Voilà un lecteur blogueur qui commence son billet ainsi : " Vous connaissez, vous, des gens qui sortent leur liseuse dans le métro pour feuilleter du Proust sur leur écran tactile ? Moi pas". Moi si, mais pas forcément Proust. Il suffit d'avoir un métro sous la main.

samedi, 10 octobre 2009

Enssib édito et commentaires

La directrice de l'Enssib fait son édito en ligne chaque mois (enfin, je crois). Dans celui d'octobre, et à partir des disputatio Google via F Bon et O Ertzscheid, l'éditorialiste termine par "Toute la profession est ainsi interpellée." Adoncques, me voilà écrivant à la dite éditorialiste (enfin à "contact" car pas de possibilité de s'adresser directement). "Contact" me fait toujours penser (on est samedi, on a un peu de temps) aux films d'aviation où ce mot magique permet au héros de s'envoler bla bla bla ( honnêtement, après "contact", il y a "moteur", on y reviendra). Je lui dis que l'ouverture de commentaires nous permettrait de donner nos avis et à l'Enssib de les recueillir.

La réponse d'icelle se fait pas attendre. Trois jours plus tard :

enssib_commentaires.jpg

Dont acte.
Là-dessus, les initiatives et projets fusent autour et dans l'Enssib. En voici deux : ici c'est un labo qui est évoqué avec hébergement à la dite Enssib, mais véhémentes protestations (voir commentaires); là c'est un portail Formations annoncé, domaine dont on connaît -sans dévoiler de bien gros secrets - la force centrifuge des chapelles.
Alors, que faire des "sans commentaires" ? Quelle que soit la perception que chacun peut avoir de l'Enssib, pourquoi et comment une école emblématique de la profession peut ne pas s'ouvrir au dialogue tel qu'il est pratiqué aujourd'hui, peut ne pas accepter une discussion sur les sujets communs de préoccupation ? Nous ne lui demandons pas d'être derrière un F Bon ou un O Ertzscheid  mais plutôt DEVANT.

Après une très rapide réflexion, j'ai décidé de laisser ouverts les commentaires de ce billet.
Moteur !

jeudi, 30 octobre 2008

ebook-actu semaine du 27 octobre 08

François Bon fait boom !
Sado-maso, François Bon (auteur) achète un ebook (à partir d'un livre écrit de sa main) à la Fnac. Il commente abondamment le système, démonte les mécanismes qui fabriquent de la médiocrité, suscite des commentaires. Excellentissime leçon.

Intendance
L'IPDF prend du ventre : Feedbooks (source Actualitté) rejoint l'Ipdf et adhère au format epub. Ce qui devrait faire plaisir à l'Ipdf


Esthétisme ou nécessité ?
Il y a matière à amélioration, dit Textes dans un billet consacré à "la présentation" .

Quelle heures est-il à votre tablette ?
Derrière le gadget, se profile une demande de "praticité"

Où trouver des ebook gratuits ?

tintin-paysdessoviets.jpg

* Chez Eyrolles, ça s'appelle Izibook : débuter sous Linux, Spip 1.8/Les cahiers du programmeur
* Chez René Paul : : Tintin [ on s'inscrit chez http://www.scribd.com pour télécharger] par exemple...

Cadeau
Mercedes offre un ebook pour le centenaire de sa marque... et 22 ans après la sortie "papier".