Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 04 octobre 2010

Lorsque l'Iabd paraît, le cercle...

 

220px-Dragees.jpg

N'ayons pas peur des mots, le lundi 4 octobre 2010 restera comme une date plus que fondatrice dans la galaxie des bibliothèques, services d'archives et de documentation publiques français : la création de l'association IABD... pour Interassociation Archives Bibliothèques Documentation ... décidée par 16 associations professionnelles.

Remplis de A de B de D, les sigles de ces associations aux noms imprononçables cachent une formidable énergie au service de leurs missions de service public [la répétition est volontaire]. Le pari engagé depuis quasiment 2005 était d'imaginer un collectif apte à faire œuvre de propositions constructives chaque fois que le législateur, les pouvoirs publics ou encore les partenaires privés menaçaient les libertés fondamentales de l'accès au savoir et à la connaissance. Dadvsi, puis Hadopi mais aussi Acta, œuvres orphelines, conseil Comité des Sages, commissions Tessier (patrimoine numérique), Prisunic pour ne citer que les plus emblématiques des projets, [je mettrai les liens plus tard, en attendant allez donc voir http://iabd.fr ] ont été l'occasion de forger une culture particulière et collective.

Réjouissante journée qui voit la création d'une association de type fédératif où doit être mise en œuvre une gouvernance spécifique tournée entièrement vers l'efficacité.

L'outil va se rôder, gommant peu à peu les aspérités inutiles, gagnant en efficience. Les dossiers très souvent traités tournaient autour du numérique. La froideur des bits et des pixels a été submergée par de chaleureuses collaborations acquises au prix de nuits d'écriture ingrate (droit, amendements, analyses), de réunions-fleuve, de milliers de mails qui étaient autant de petits cailloux semés sur le chemin.

Trop lyriques pour être vraies – et pourtant, ces phrases disent avec d'autres combien le but atteint est au-delà de la satisfaction des acteurs que nous fûmes : il témoigne de l'extraordinaire vitalité des métiers et des hommes, contre vents et marées.

Et parce qu'il ne le reconnaîtra jamais, je dédie ce billet à Dominique Lahary sans qui rien n'aurait été possible ; sa modestie dût-elle en souffrir, nous lui devons beaucoup, vous lui devez beaucoup, pour son courage, sa clairvoyance, sa maîtrise dialectique habilement dissimulée sous les habits d'une certaine bonhomie. Redoutable bretteur verbal, rédacteur intransigeant, il nous a fait marner mine de rien, et il fait en sorte que l'aventure humaine donne sens à l'action. Michèle, Lionel, Christophe, Gilles, Silvère, Aurélia et beaucoup d'autres peuvent en témoigner.

Assez parlé, au travail : les chantiers ne s'arrêtent pas. Et longue vie à l'IABD

edit 5 oct : le communiqué officiel de l'Iabd

 

21:50 Publié dans BIB, Bib en prospective | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : iabd, bibliothèques, dadvsi, hadopi, acta, prisunic | |  Facebook | | |

samedi, 07 mars 2009

Hadopi : deux poids, deux mesures ?

Elle_MGMT_iabd.jpg


Plus d'infos chez TF1, chez les Inrocks.

09:27 Publié dans DADVSI | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : dadvsi, hadopi, ump, sanhédrin | |  Facebook | | |

samedi, 28 février 2009

(Sa)création et Internet en 2009

Les bibliothèques sont quelque peu concernées par cette loi en préparation :
- parce qu'elles tentent d'améliorer les conditions d'application de l'exception pour conservation ( sur la consultation notamment) et cen'est pas gagné,
- par la proposition d'un portail dit "blanc" qui limiterait les accès Internet à une liste de sites.(on y reviendra)

Ceci au nom de la lutte contre le piratage

Grâces soient rendues à l'Iabd qui travaille d'arrache-pied à convaincre les élus de la Nation.

Et pour concrétiser le grignotage des droits de l'internaute voici une représentation qui en dit plus qu'un long discours

timeline_Hadopi.jpg

23:58 Publié dans DADVSI | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : hadopi, création et internet, dadvsi, bibliothèques | |  Facebook | | |

vendredi, 23 janvier 2009

Hadopi, création et internet, pour le dire autrement

Les projets de loi Hadopi ou Création et Internet posent les mêmes questionnements aux bibliothèques : la notion d'établissment public et les missions ne sont pas prises en compte.
D'où le travail de l'IABD pour tenter d'améliorer les projets en tenant compte des spécificités des bibliothèques, centres d'archives et centres documentaires. Les soubresauts de l'Assemblée nationale du Sénat
A l'image des bibliothécaires du Québec, faut-il le dire autrement ?

Rap ou slam ? voici qu'arrive une contribution qui changerait des habituels amendements

en attendant la vidéo ....

Oh la mon frère
toi qui es bibliothécaire
tu croises le fer
avec la loi d'enfer
les DRM c'est la haine


Hadopi c'est de mal en pis
le savoir c'est quand tu peux
lire ce que tu veux
écouter ce qui te fait du bien
parce que c'est un bien commun
tu penses, tu lis, tu danses
mais la sanction c'est la sentence
de toucher aux propriétés privées
qui ont été dérémisés

Le père c'est Dad, Dadvsi
la mère c'est Hadopi
tu es bibliothécaire
et tu croises le fer
avec la loi d'enfer


Pour supprimer ton abonnement
évite la bibliothèque
on est tous des FAI
la mission publique a failli
Abonné pour les gros bonnets
Age de pierre pour les réprouvés

Le père c'est Dad, Dadvsi
la mère c'est Hadopi
tu es bibliothécaire
et tu croises le fer
avec la loi d'enfer


les gros mots sont toujours accolés
création, Internet, faut pas rigoler
même Mozart il savait bien copier,
même Hugo, il savait bien coller

Et tes droits tu vas les exercer
avec la copie pour les handicapés
et tes droits tu vas les conserver
c'est la copie pour consulter

Exceptions à la transposition
n'oublie pas, ministre, ta déposition
le monde entier regarde ton projet
Hadopi c'est pas la liberté
pour créer, pour penser, pour continuer,
laisse tes bib s'alimenter
la bibliothèque c'est public
on est en République
on n'est pas bien dans ton DRM
bibliothèques, c'est pas comme ça qu'on t'aime

Le père c'est Dad, Dadvsi
la mère c'est Hadopi
tu es bibliothécaire
et tu croises le fer
avec la loi d'enfer


on demande de reconsidérer
la circulation des bonnes idées
la bibliothèque voudrait revendiquer
la connaissance dans la liberté
dans le droit mais sans rajouter
des verrous qui l'ont dénaturé
pense aux générations livrées
au numérique googolisé
fais pas l'mal : pense au bien commun
laisse aux bib ce qui nous est commun

Le père c'est Dad, Dadvsi
la mère c'est Hadopi
tu es bibliothécaire
et tu croises le fer
avec la loi d'enfer


conservateur, bibliothécaire,
assistant qualifié, vacataire
adjoint du patrimoine tu revendiques
le droit sur les libertés publiques
on est en République
demande à l'Etat des garanties
sur les idées libres et consenties
Appelle tes frères en liberté
Gracchus Babeuf, Voltaire, Gautier


ton père c'est pas Dadvsi
ta mère pas Hadopi
tu es bibliothécaire
et là tu vas le faire
dire non aux lois d'enfer


L'enfer on connait mieux
c'est le dépôt des lieux
où traînent les sulfureux
bibliothécaire, tu veux les enfermer
ces idées, ces pensées
qui doivent circuler ?
Dis-leur aux députés
que pour bien fonctionner
il faut de l'air, du livre, des CD
qu'on a pas besoin d'acheter
parce qu'on va les emprunter


ton père c'est pas Dadvsi
ta mère pas Hadopi
tu es bibliothécaire
et là tu vas le faire
dire non aux lois d'enfer


Votée ou pas votée ?
Qui fera appliquer
la fin des libertés
dans les bib émasculées

Bibliothécaire
pas de reconduite à la frontière
de la bibliothèque
ni de la médiathèque
On entre libre, libre on en sort
on mène ses idées à bon port

ton père c'est pas Dadvsi
ta mère pas Hadopi
tu es bibliothécaire
et là tu vas le faire
dire non aux lois d'enfer


13:17 Publié dans DADVSI | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : hadopi, création, internet, dadvsi, iabd, bibliothèques | |  Facebook | | |

vendredi, 16 mai 2008

De la licence globale publique à la licence globale privée

A travers le relevé d'un échange entre créateur d'une vidéo (avec bande-son) et un des majors, on peut commencer à discerner le dispositif qui va être mis en place dans le dos (à la barbe) des internautes ..et des législateurs. Avec et sans pub ?
Olivennes ou pas, Dadvsi ou non, le modèle s'affine, dans un échange "marchand - marchand", d'où sont (et seront sans doute) absentes toutes les structures publiques.
Y compris les bibliothèques.
Mais tout n'est pas noir. Quand on voit l'excellent travail mené par Eblida (voir ici le compte-rendu de ses derniers travaux d'avril 2008), il semble que le front commun des bibliothèques pourrait peut-être renverser quelques citadelles numériques réputées imprenables.
Espérons, espérons

07:20 Publié dans demain, les bibliothèques | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : youtube, dadvsi, licence globale | |  Facebook | | |