Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 06 septembre 2008

Un pdf d’édition n’est pas un « livre numérique » (C)

Dans la note 5 de ce billet, François Bon écrit : un pdf d’édition (lisible sur une « liseuse », à condition de rogner les marges, en-tête, numérotation avec Acrobat) n’est pas un "livre numérique ".
Dont acte.
J'apporterais courtoisement les arguments contradictoires suivants :
- on ne lit pas que des livres
- on ne lit pas que DANS les livres
- l'objet Livre n'a pas toujours à voir avec son contenu : beau, laid, nul, profond, "sans intérêt", "superbement illustré", "coup de coeur"...
- le savoir ou l'accès à la connaissance ne tient pas - toujours- rigueur de la forme, l'important c'est l'accès
- le "beau livre" est toujours reconnu comme tel ; mais dans une bibliothèque, sa durée de vie peut être très courte...
- l'ergonomie d'une tablette est aussi importante que la présentation du contenu, et pourtant ...
- entre repères essentiels (division du texte, chapitres, paragraphes, ponctuation) et le travail de création du livre, il y a encore une marge ...

La lecture sur la tablette (actuel objet de ma préoccupation) induit tout ceci, dans un fouillis réflexif un peu inextricable. Elle n'écarte pas l'esthétisation, accepte de flâner au gré d'illustrations, s'impatiente quand la lecture devient rapide et qu'il faut sans cesse et sans cesse tourner les pages (deux fois plus qu'un livre !), somme toute se compare parfois à une édition de "poche". Est acceptée comme native -peut-être à tort - une présentation qui est un contenant, au contenu autrefois déposé dans un livre.