Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 23 janvier 2013

Partenariats BnF : pour un plat de lentilles ?

Jacob_offers_a_dish_of_lentels_to_Esau_for_the_birthright.jpg

Esaü abandonne son droit d'aînesse  à Jacob pour un plat de lentilles

Le Louvre

 

Numérisation du domaine public : l'affaire des contrats passés entre la BnF et trois opérateurs a fait grand bruit dans le Landernau des bibliothèques et c'est légitime.
Une fois passées les premières émotions dues au grandissime bouleversement que chacun juge à l'aune de ses activités, qu'en retenir ?

Ce qui me paraît le plus frappant, c'est la négation absolue de ce que j'appelle la culture numérique. Je la définirais ainsi :

- une attention portée aux usagers : que veulent-ils ? Comment pourraient-ils collaborer ? Comment recueillir leur avis AVANT (et non après ou ...jamais) ?

- une réelle volonté de partage, dont les conditions doivent se situer au plus près des préoccupations essentielles : pertinence des données numérisées, dissémination aisée (formats, coûts d'accès, gratuité du bien), échange collaboratif...

- une avancée de l'intelligence collective : partager pour créer et produire, créer pour partager ;

- un débat sur la mise à disposition des biens culturels, parce que la méthode porte la manière dont les contenus vont finalement revenir aux propriétaires (les usagers/citoyens que nous sommes).

Du coup cette captation paraît insupportable, au regard de ce que les autres bibliothèques publiques - notamment - réalisent aujourd'hui. Insupportable mais surtout à contre-courant de tous les projets menés dans les réseaux.

Comme si la France de la connaissance était coupée en deux : d'un côté les chemins [f]rigides des pouvoirs en place, engoncés dans les process d'avant, de l'autre les tenants d'un service public basé sur la réappropriation par les usagers eux-mêmes. La vérité est un peu différente.

Parlons argent, nerf de la guerre numérique.

La numérisation coûte cher, son exploitation encore plus : qui le fera dans un cadre aussi contraignant ? Qui risquera le travail de médiation quand il est appuyé (pour une longue durée) sur une exclusivité telle qu'on peut parler du retour des clercs dans l'accès au savoir.

Nombre de projets issus des mouvements de culture numérique sont nés et financés avec peu, sans rien ôter à leurs qualités, aux développements industriels qui les prolongent. En passant, ils ont créé du neuf : dans le partage, dans la méthode, bref, ils ont participé au renouvellement.

Contraindre la matière numérique publique à un compromis qui fait entrer l'exclusivité est vécu comme moralement dégradant.

Quelle que soit l'issue des futures rencontres sur le sujet (car il y en aura), demeurera le doute, celui qu'une bibliothèque nationale fait peser sur le domaine public : il est aliénable.

De l'autre côté, la minceur du dossier - au regard de la masse de documents en attente de numérisation - fait prendre un bien grand risque. Peut-être pour un plat de lentilles ?

A suivre ...



samedi, 13 février 2010

ebook actu semaine du 8 février 2010

A lire

Signalé par Aldus et actudesebooks, un bon dossier  concocté par Radio France fait le tour de la question.

Pour un panorama mensuel, Educnet fait sa veille sur le livre numérique.

Tiers-Livre fait dans le capillotracté mais avec raison : et la question va-t-elle rester sans réponse ? En écho, via Aldus, l'avenir de Numilog repose bien sur la question des éditeurs/libraires.

Mazette, pas cher

Un Opus à moins de 200 € ? c'est possible avec l'offre de Pixmania

Et à Issy, comment vont les tablettes ?

Au hasard parmi les nombreux articles de presse, cette vidéo qui et que ... Moralité : Issy a fait plus pour les tablettes que toute l'interprofession réunie. Une sorte d'Apple, quoi...

Tiens revoilà les libraires. Deux hubs pour le prix d'un

Inquiétude du côté libraires quand arrivent les livres numériques. Bien d'accord pour les voir acteurs à part entière dans le processus du livre numérique (s'ailleurs les "aides" proposées par epagine sur leurs sites mériteraient un effort pédagogique). L'article du Monde s'évertue à le démontrer. Et nous voilà avec deux plateformes, l'une pour les éditeurs l'autre pour les libraires. Jjamais deux sans trois : pensez aux bibliothèques !

Alors c'est Nicolas ou  Yann qui est gratuit ?

2degres_de_trop.jpg

Belle initiative d'epagine que de proposer Un léger passage à vide de Nicolas Rey en téléchargement gratuit le jeudi 11 février : patatras, c'est 2 degrés de trop de Yann Arthus-Bertrand qui est proposé. Pas grave, sinon que Yann sur la tablette  (42 Mo quand même), c'est plus dur en noir&blanc...

Mais dès le lendemain, le passage à vide n'est plus vide. Chic, deux pour le prix d'un.

La Saint-Valentin des ebooks à la BnF

La BnF vient d'acquérir 15 000 ebooks auprès de Elsevier et Springer. Les lecteurs de la bibliothèque de recherche munis de leur carte annuelle pourront les télécharger à distance. Question droits : un prêt ou un téléchargement ? quelle durée ? Copie possible (partielle, totale) ? impression? droit de citation ? Lecture beaucoup moins sexy que celles-là mais chut c'est il-lé-gal de faire ça...

Proust, alors

madeleine.jpg

Voilà un lecteur blogueur qui commence son billet ainsi : " Vous connaissez, vous, des gens qui sortent leur liseuse dans le métro pour feuilleter du Proust sur leur écran tactile ? Moi pas". Moi si, mais pas forcément Proust. Il suffit d'avoir un métro sous la main.

jeudi, 08 octobre 2009

Evry offre numérique en BDP

Peut-être une énième journée d'étude sur l'offre numérique dans les bibliothèques publiques : en tout cas la BDP de l'Essonne a fait salle comble avec ses professionnels. Public attentif, questions pertinentes et... quelques annonces. ( twitter :  #bdp91num )

A noter, en vrac  ( on ne parle pas de LA nouvelle)

- renforcement de l'équipe Gallica (celle de Frédéric Martin) pour développer les relations avec les éditeurs et faciliter l'interfaçage des plateformes ( eden, epagine, numilog, ...). Guillaume Godet quitte Numilog le 23 octobre pour prendre cette mission à la BNF début novembre

- refonte du fameux rapport DLL pour y inclure les activités des bibliothèques numériques. Et harmoniser les publics (notamment catégories d'âge)

- un portail Formation hébergé/piloté par l'Enssib avec Cnfpt, Urfist, tutti quanti, annoncé maintenant, à formaliser dans les 18 mois. Ce qui revient aussi à actualiser les référentiels métiers. D'où la sortie d'un "bibliothécaire systèmes"

- le rapport de synthèse sur le schéma numérique (piloté par la BnF) est imminent

- l'étude, à la demande du ministère de la Culture, de licence nationale pour les bibliothèques publiques. Mission confiée à la Bpi ( budget à débloquer : quelques 800 000 € [chiffre à vérifier] pour le grand public ( ressources documentaires), en articulation avec Couperin qui teste auprès des éditeurs

- Gallica :

un nouveau feuilletoir (visualiseur), des widgets,  de la synthèse vocale, présence sur Facebook, évaluation 2009 effectuée

16157 doc référencés sous droits

6900 doc référencés via protocole OAI-PMH. BM : Troyes, Versailles puis Roubaix Toulouse concernés

fonds Philidor éparpillés BNF, Toulouse, Versailles va être (ou est ?) accessible depuis les 3 sites aux trois collections. D'où stats différenciées.

veut définir des "sets" = ensemble de notices réutillisables par les partenaires

Spar , un entrepôt de numérisation partagé

projet d'impression à la demande à l'étude

appel à prestataires pour la fabrication des ebooks ( 4 actuellement)

- l'arrivée de Touraine multimedia, [lien direct : www.tourainemedia.com.] véritable politique numérique articulée au tour d'un projet politique

- des précisions sur les offres des fournisseurs : adavision, universciné, notamment

- des chiffres sur les coûts de numérisation, les accès Internet dans les bibliothèques



 

lundi, 21 janvier 2008

Offre de livres numériques enfin

En plein dans la stratégie de la bibliothèque hybride, Bibliofrance, François Bon et Affordance signalent tous à la fois que la mayonnaise semble prendre enfin autour d'une offre raisonnée.
Europeana en serait le référent, à défaut de jouer vraiment le rôle de K2R évoqué "autrefois".
L'étude très intéressante a été menée par Denis Zwirn (Numilog) à la demande de la BNF.

Elle en apprend beaucoup sur plusieurs points importants :
- sur la chaîne du livre numérique. (Exposé présenté aux conseillers du Livre à Lille le 31 mai 2007] et le point d'équilibre acceptable par tous,
- sur la diffusion / "distribution" ( et il y a là volonté de ménager les éditeurs et les libraires, pourquoi pas ... ). Les bibliothèques publiques sont quasi écartées du dispositif et à vrai dire elles l'ont un peu mérité : leur soutien aux plateformes actuelles était assez inconsistant, nonobstant les valeureux pionniers. Mais la question sera re-posée à nouveau ...

et reste muette sur d'autres :
- la nature et le montant des droits du livre numérique, précisément du droit de prêt ; on peut pécher par excès mais aussi par omission...
- les articulations entre catalogues : l'idée d'un CCFR du numérique pourrait nous épargner quelques usines à gaz toujours possibles, jamais souhaitées.
- la prise en charge de la numérisation de documents hors droits pour l'ensemble de la chaîne du livre (libraires, bibliothèques) ; seul le cas de mise à disposition des documents pour des publics handicapés a été abordé.
- la nécessaire hybridation des supports : lus, écoutés, notamment, à partir du même "texte" , c'est-à-dire un vrai livre numérique
- le transfert de savoir-faire, qu'il faudra bien, un jour, assurer, pour disséminer largement.

Le rapport fourmille d'indications précises sur les coûts (qu'il ne faudrait pas minimiser si péremptoirement, si l'on veut voir émerger une offre de qualité : que celui qui n'a jamais essayé de numériser un livre proprement et pu le diffuser avec "profit" ne jette pas la première pierre...

Et maintenant, attendons le Salon du Livre.

edit 4 févier : un premier retour de la journée du 29 janvier, annoncée ci-dessous.
___________________________________________________________
Edit 23 janvier :
Sans attendre [le salon du Livre], cette réunion d'information « Gallica 2 » annoncée par Bibliofrance.
Organisée par le SNE, avec la BnF et le CNL, avec l'intitulé : « Gallica 2, un portail numérique pour les éditeurs : Aides et mode d'emploi », mardi 29 janvier 2008 de 14h30 à 17h à la Maison de la Mutualité (24 rue Saint-Victor 75005 Paris).
14h30-14h40 : Ouverture - Présentation générale du projet
Serge Eyrolles, Président du SNE et Benoît Yvert, Président du CNL
14h40-14h50 : Le modèle économique de l'expérimentation Gallica 2 accessible aux éditeurs et les modalités d'usage prévues pour les internautes par Denis Zwirn, Numilog
14h50 -15h00 : Les attentes éditoriales et techniques de la BNF : types d'ouvrages libres de droits et sous droits, catégories éditoriales prioritaires et modalités de partenariat recherchées avec les éditeurs, par Valérie Vesque - Jeancart et Arnaud Beaufort, BNF
15h00-15h10 : Les coûts de numérisation ou de conversion numérique, par François Gèze, La Découverte
15h10-15h20 : Procédure d'aide au CNL aux projets numériques des éditeurs : procédure générale et modalités particulières proposées par la BNF pour la petite édition par Marc-André Wagner et François Rouyer-Gayette, CNL
15h20-15h30 : Quels formats de fichiers et métadonnées éditeurs pour être conformes aux spécifications techniques Gallica 2 ? par Alban Cerisier, Gallimard
15h30-15h40 : Aspects juridiques par Isabelle Ramond-Bailly, Editis et Valérie Game, BNF
15h40-16h50 : Echange avec la salle
16h50-17h00 : Conclusion par Bruno Racine, Président de la BNF

Inscription auprès du SNE (01 44 41 40 50 ou e.rudloff@sne.fr )

23:00 Publié dans livre(s) numérique(s) | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : Bnf, europeana, affordance, francois bon, titelive, bibliofrance, tiers livre | |  Facebook | | |

mardi, 27 mars 2007

Vu et entendu [potins] (3)

Salon du Livre 2007
En vrac :
- on attend le nouveau Président de la BNF ; on parle de M. Racine.
- Numilog lance la semaine prochaine un nouveau service : la consultation en ligne du livre numérique (pas besoin de téléchargement) : cette opération sera décomptée comme un prêt.
- la conférence de 9h30 sur "les wikis et les outils collaboratifs en bibliothèque" était parait-il très bien.
- "Dieu vs Darwin" traitait de la question des créationnistes, mais pas sur le stand de Virgin.
- Google livres offrait (mais pas longtemps) des stylos libres de droit sur son stand.

medium_stylo_google.jpg



- le stand Inde pouvait ne pas plaire. La salle de conférences était équipée de magnifiques chaises Jacobsen repeintes en rouge indien et parme du plus bel effet.
medium_chaise_jacobsen.jpg medium_chaise_jacobsen.jpg medium_chaise_jacobsen.jpgmedium_chaise_jacobsen.jpg

20:30 Publié dans Salon du Livre 2007 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Numilog, BNF, google, jacobsen, créationnistes | |  Facebook | | |