Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 03 octobre 2012

Google vs Babelio ( bibliothèques)

google-play-majors-numerique-edition-livre-musique-2-e1349087695450.jpg

image illustrant l'article d'OWNI

 

Selon OWNI, « La librairie en ligne de Google a débarqué aux côtés d'Amazon et d'Apple. Et reprend discrètement les commentaires des lecteurs d'autres sites marchands. Une pratique normale ou une anecdote qui cache un petit abus de position dominante ? »

Concerné par les "apports" de Babelio, je m'interroge sur la nature de la relation créée de fait entre mon compte Babelio et Google.

Les CGU sont-elles explicites sur ce point ?

Soit l'article 5 des CGU

  PROPRIETE INTELLECTUELLE

"L’Utilisateur concède à Babelio une licence gratuite, non exclusive et sous-licenciable quant à l'utilisation, la modification, l'affichage public, la reproduction et la distribution sur Babelio.com et sur des sites partenaires du contenu qu’il publie sur Babelio.com, notamment les critiques, citations, notes et étiquettes. Cette licence prend fin au moment où l’Utilisateur supprime son contenu de Babelio.com. Le cas échéant Babelio fera ses meilleurs efforts pour que les sites partenaires suppriment également ce contenu dans les meilleurs délais. "

"Le site Babelio.com est la propriété exclusive de Babelio. Il est protégé par des droits d’auteur, marque déposée, brevet, secret de fabrication et autres lois. Babelio détient et conserve tous les droits sur le contenu et les services de Babelio.com. Par la présente, Babelio concède à l’Utilisateur une licence limitée, révocable et non sous-licenciable afin de reproduire et d’afficher le site Babelio.com (à l’exclusion de tout code logiciel), uniquement pour son usage personnel dans le cadre de la visualisation et de l’utilisation de Babelio.com. "

On doit donc discuter, dans ce cadre, et de la notion de "sites partenaires" et des contenus.

* Premier point : les contenus

”Nous étions sur Google Books déjà, donc c’est un peu une déclinaison. En plus ce n’est pas l’intégralité des commentaires qui est intégrée.”

Dont acte, mais on sait que la visibilité n'est plus du tout la même.

* Deuxième point : la notion de sites partenaires

Rien n'est vraiment explicite dans les CGU sur cet aspect. Au point que @aldus2006 a pu, dans l'échange avec Babelio, mettre le doigt sur cette spécificité.

Dans les commentaires de l'article, précisions de Guillaume Tesseire : "Le titre laisse entendre que Google paye, ce n'est pas le cas. Et l'article laisse entendre que les critiques des lecteurs sont sur Google Play, ce n'est pas le cas non plus. Il s'agit des premiers mots des critiques, avec un renvoi vers l'intégralité sur Babelio. C'est très différent.C'est la même logique d'agrégation et de reprise des premiers mots d'une page web dans les résultats du moteur de recherche de Google."

On y voit donc plus clair dans la relation Babelio/Google.

Mais la discussion continue ici sur Scoop.it

* Mais quid des comptes de bibliothèques ?

babelio, harrison, dalva,google, toulouse, bibliothèque

Selon Bibliopedia, 15 bibliothèques ont déclaré des comptes sur Babelio . Reprenant une ancienne discussion tenue lors d’une journée d’étude organisée en 2011 par l’AddnB, on s’interroge sur la «propriété» des données produites et récoltées dans le cadre d’un service public.

Les CGU s’appliquent bien ici, même si (et surtout) si les bibliothèques bénéficient d’un statut « Pro » aux côtés des autres sources agrégées dans Babelio.

Dans le cas d’un OPAC enrichi avec la Babelthèque, on sait que Babelio est en duplication des commentaires/étiquettes/citations du dit compte. Autrement dit, jouer la carte de la dissémination ne signifie pas renoncer à la libre circulation des données créées avec des fonds publics. Encore faut-il en avoir conscience et appliquer scrupuleusement cette règle.

Avec les prolongements des réseaux sociaux et les potentielles plateformes d'accès aux livres numériques, la question va donc revenir par la fenêtre... La combinaison gagnante sera sans doute par ici :  produire, publier sur des sites publics, puis disséminer  au sein de réseaux larges.
A suivre ...

 --> Sur la Babelthèque : quelques retours (2012/Toulouse)

jeudi, 05 février 2009

Une carte du secteur éditorial

repéré par La feuille

carte_livre_num_soybits.jpg


Les stations RER : Amazon/Kindle, iPhone, Google, XML/Epub
Formats moteur et grands distributeurs forment les noeuds les plus importants, par où passent toutes lignes, sauf les éditeurs de Penguin à Pan MacMillan) et les veilleurs (de Soybits à The digitalist)

Des readers à l'iPhone : diversité
Gamme complète des "liseuses", l'iPhone représentant les téléphones (voir par ailleurs les modes de consultation d'un site de bibliothèques où l’iPhone l’ipod, la WII et la playstation font leur apparition)

Les bibliothèques ? nulle part
L'offre de la bibliothèque n'a pas de place place sur cette carte, preuve s'il en était que les bibliothèques de demain ... ont du chemin à faire

Rectificatif (cf commentaire d'Hubert)
La carte représente le secteur éditorial traité par le blog espagnol Soybits en 2008. Les bibliothèques n'ont y donc pas leur place. N'empêche que....

07:45 Publié dans à lire sans papier | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : soybits, ebook, liseuse, bibliothèques, bibliothèques 2.0 | |  Facebook | | |

lundi, 02 février 2009

Des crêpes pour les bibliothécaires

La tradition veut que tous les ans j'apporte les crêpes à mes petits camarades de travail.
Cette année, je les prépare ici pour la dernière fois. ( l'année prochaine, j'apporte cette tradition , juré !)

crepes1.jpg

A quoi pense-t-on quand on fait des crêpes ? A la bibliothèque idéale, ici et maintenant ? Aux projets forcément 2.0 saucés de bibliothèques numériques ? Nenni. Seulement à tous celles et ceux avec qui on trime tous les jours, aux bons moments et aux sales quarts d'heure, aux engueulades, aux désaccords, aux moments de grâce quand soudain par magie l'auteur, le poète ou le musicien met tout le monde à l'unisson pour un pur instant de bonheur. Aux échecs aussi, aux excès de langage parfois blessants sans qu'on s'en rende compte, tout comme aux encouragements discrets, aux sourires du matin, aux canulars enfantins, à la compétition autour du Vendée Globe virtuel... Toutes ces vies d'hommes et de femmes forment mon univers où je passe de longues heures, avec et près d'eux.
Les crêpes finalement, c'est aux habitués et aux fréquenteurs occasionnels qu'on devrait les offrir.
Et que ça saute !

22:49 Publié dans BIB | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : crêpes, bibliothèques 2.0, sigb | |  Facebook | | |

jeudi, 29 janvier 2009

ça-va-couper-dans-les-bibliothèques

Après les textes, les images

cavacouper.jpg

En quatre vidéos, l'UFC-Que choisir fait bien le tour de la question, ou plutôt des questions qui nous agitent en ce moment. A compléter par cet article qui présente très simplement les 6 griefs faits à la loi Création et Internet.

Et dans les bibliothèques ?
L'air de rien, l'Iabd est mobilisée depuis plusieurs semaines pour apporter les correctifs qui lui semblent nécessaires aux projets en cours. Il s'agit de plusieurs propositions d'amendements envoyés aux députés avant le débat du projet de loi Création et Internet. Dominique Lahary en tant que porte-parole de l'Interassociation a coordonné les travaux menés dans les associations et donné une forme convenable aux remarques, ajouts, et suggestions, ce qui n'est pas une mince mission. L'affaire porte sur l'exception pour reproduction qui avait été acquise de haute lutte dans la loi DADVSI du 1er août 2006.
A suivre, la Hadopi, autour des fameux fournisseurs d'accès. Injonctions qui serait étendue aux intermédiaires que NOUS SOMMES.
On se retrouve à nouveau dans une situation identique à celle de 2005 : alerter les parlementaires, négocier pied à pied avec les lobbies qui pèsent de tout leur poids sur toutes les instances possibles. Pour la lecture publique, il n'y a pas de juge d'instruction, donc pas la peine de le supprimer...
Pour dire que dans les tranchées juridiques, se joue quelque part l'avenir de la circulation des idées - n'ayons pas peur des mots ! - et que bien peu de voix s'élèvent pour défendre les droits collectifs.

Un jour de grève, ça peut aussi servir à dire - tout haut et très fort - combien les métiers que nous faisons portent des services qui s'appuient sur des libertés fondamentales : communiquer ce que nous avons dans les bibliothèques, les centres d'archives et les services de documentation.

Une prise de conscience encore trop faible dans nos milieux ? Oui


23:22 Publié dans DADVSI | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : davdsi, bibliothèques, sigb, portails, bibliothèques nuémriques, bibliothèques 2.0, iabd | |  Facebook | | |

mardi, 08 janvier 2008

La tectonique d'Internet

Le Journal du Net publie les résultats de l'étude Mediascope Europe 2007 réalisée par l'EIAA (European interactive advertising association). Elle date de septembre 2007.
Où l'on apprend que :
- les Français figurent au 3°rang européen,
- les 16-24 ans passent plus de temps sur Internet que devant la télévision,
- le premier usage (87 %) reste la recherche, suivi de près par l'e-mailing (81 %), mais qu'arrivent les réseaux sociaux (42%), la télé sur Internet, le visionnage de films, l'écoute de la radio, ce qui donne cette curieuse dorsale :

d90f51b0cfa1d25fa43fcda48404473f.jpg


--> dont les deux majeures (recherche, messagerie) semblent bien en passe de se faire submerger par d'autres activités, et non des moindres : commentaires par exemple (de quoi faire mentir la règle du 1% écrit/10% commentent/89%lisent)

--> et une tectonique d'usages
entre activités accessoires (lire, regarder la TV), utilitaires (dormir, téléphoner), fondamentales (téléphoner) etc...

Pour les bibliothèques (cette fois-ci européennes et pas américaines), voilà sans doute du grain à moudre: sur la diversification des services à proposer (sur place et à distance), sur les priorités des accès (recherche ? document primaire ? chat et réseaux sociaux ?, sur la visibilité des bibliothèques (TV ? réseaux sociaux [encore] ?

07:10 Publié dans demain, les bibliothèques | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bibliothèques 2.0, internet Europe, EIAA | |  Facebook | | |