Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 29 décembre 2008

P2P et VOD : contre les idées reçues

L'étude, signalée par Internet Actu sous le titre Ceux qui téléchargent des vidéos sont aussi ceux qui en achètent le plus ! est réalisée par le laboratoire Marsouin et porte sur les pratiques de consommation de vidéos sur Internet. Marsouin mène cette étude dans le cadre du projet P2Pimage du pôle Images & Réseaux .

C'est un éclairage intéressant sur les usages de ceux qu'on stigmatise souvent comme les pirates du net, la vidéo étant au centre de toutes les attentions du moment.

marsouin_VOD_P2P.jpg


marsouin_VOD_P2P_B.jpg

marsouin_VOD_P2P_C.jpg


On savait déjà que les lecteurs de bibliothèques achètent aussi des livres tout comme les amateurs de musique ne se privent pas de commander leurs CD préférés.

Deux des conclusions provisoires ( l'étude sera achevée en 2009) :
- nécessité d’adapter l’offre de contenus aux nouveaux comportements de consommation,
- "reconsidérer les modes de financement du type « licence globale » peut être trop vite abandonnés".

étude téléchargeable à cette adresse

16:50 Publié dans demain, les bibliothèques | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : p2p, vod, marsouin | |  Facebook | | |

mercredi, 22 octobre 2008

Comment accéder au livre numérique dans une bibliothèque ? (P)

On associe généralement le livre numérique à un téléchargement sur ordinateur, une tablette, un PDA, un notebook, une téléphone, une console de jeu.
C'est une première possibilité, admise dans un processus de chargement qui en effet se comprend tout de suite.
Sauf que l'acte technique n'est pas tout simple [et plus compliqué que celui de la VOD à partir de la TV sur Internet].

On peut alors explorer l'idée suivante :
- la bibliothèque tient à disposition de ses abonnés des tablettes,
- à leur demande, elle propose de prendre en charge le chargement du texte,
- elle gère des "stocks" (livres numériques disponibles, déjà acquis),
- elle achète au coup par coup en fonction des demandes,
- elle connaît bien l'état des livres numériques gratuits (gratuits parce qu'ils ne sont sous droits), et met en valeur cette offre.
- elle met à disposition et tablettes et livre(s).

Comment se croise l'offre en ligne "traditionnelle" (par accès à des plateformes) en matière de livres numériques et celle-ci ?
On ne sait pas !
- peut-être par un choix différent de livres mis à disposition à distance et sur place,
- en recoupant les deux, le chargement dans la bibliothèque se faisant à la demande de l'usager seulement ;
- en fonction de l'organisation des services ;
- selon les publics concernés, plus ou moins à l'aise avec la technologie du chargement ;
- selon les budgets disponibles (la plateforme coûte un peu plus cher).

Une expérimentation d'une durée assez longue devrait permettre de préciser la place de la tablette dans la bibliothèque, d'en déterminer les usages les plus pertinents selon les catégories d'usagers.
Et dans l'hypothèse où la tablette s'installe durablement dans le paysage, les parcs de tablettes ( dans les collèges, les maisons de retraites, les maisons de quartier, les clubs de lecteurs, ...) trouveront alors un service organisé dans leur bibliothèque.

07:58 Publié dans à lire sans papier | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : livrel, liseuses, ebook, bibliothèques, vod | |  Facebook | | |

mercredi, 15 octobre 2008

la VOD décollerait

Les analyses semblent confirmer ici, et ou encore l'avènement de la VOD.
On vous l'avait bien dit.
L'étude menée en son temps par les élèves de l'Enssib signalait déjà les potentialités. Limitées par la chronologie des médias (souvenez-vous), il est vrai.
Sauf que :
- le projet Hadopi + mesures besson envisage de toucher à la chronologie en tatouant les oeuvres une par une pour éviter les copies...non conformes. Ce qui va accélérer la mise sur le marché de la VOD ; les prix ne baisseront pas pour autant.
- les forfaits musicaux montrant des signes de faiblesse certains, quid d'une abondance (potentielle) de vidéo ?
- pour les bibliothèques, tant que les circuits resteront aussi diffus avec des plateformes différentes, quel service de qualité envisager ?

22:33 Publié dans demain, les bibliothèques | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : vod, enssib, bibliothèques, plateformes | |  Facebook | | |

dimanche, 22 juin 2008

Vod, vod

Le Monde aborde la question du devenir économique ( = marchand=) de la VOD.
Sous le titre "La vidéo à la demande, un marché anecdotique mais prometteur", l'article revient sur l'état du marché :
- chiffre d'affaires de 29,2 millions d'euros en 2007
- 400 offres émanent d'opérateurs de téléphonie,
mais aussi des télévisions (Arte, Canal +, TF1, M6,
- des plates-formes indépendantes comme Glowria, VoDéo
- des sociétés indépendantes comme MK2, Universciné
- des câblopérateurs ou des portails Internet

- En 2007, 7 % des internautes français avaient loué, pour 24 ou 48 heures, un programme en VOD ( un film dans 63 % [seulement] des cas)
- 2 500 longs métrages étaient disponibles fin décembre 2007 sur sept principales plates-formes, soit + 50 % en un an

La question reste : Y a-t-il un modèle économique possible ?
Réponse : non pas pour l'instant.
MAIS, "les prévisions optimistes parient sur une multiplication du marché au moins par dix en 2012"


Ce qui permet de faire retour sur une étude fort opportune parue en novembre 2007, évoquée ici.

20:10 Publié dans demain, les bibliothèques | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : VOD, enssib, bibliothèques, René Phalippou | |  Facebook | | |

mardi, 27 mai 2008

O temps suspends ton vol

Par deux sources différentes, revient la question dite de la chronologie des médias

Laquelle n'est pas sans soulever des inquiétudes, tant [ c'est le cas de le dire], elle perturbe la chaîne traditionnelle dite du livre pour les bibliothèques.

Vous connaissez la règle de diffusion des vidéos en VOD : 33 semaines après leur sortie en salle (soit environ 6 mois), et 3 mois en location. Mais voilà't-y pas qu'Apple
pense à raccourcir le délai
et pas qu'un peu, en le ramenant à trois mois.
Le rapport cinéma et concurrence paru ces dernières semaines comporte, sur le sujet, de la VOD, un savoureux passage, où il est question du syndrome "lapin/tortue", lequel s'exprime ainsi à la page 60 :
"La lutte contre le piratage constitue évidemment un préalable mais ne résout pas toutes les questions. Les services de médias audiovisuels doivent ainsi intégrer la logique économiquedes industries de contenu : l’exploitation des différentes versions du film doit respecter lesprincipes de la chronologie des médias et une discrimination tarifaire permettant de maximiser lesrecettes tirées du film."

On peut toujours gloser sur la mise à disposition de vidéo dans les bibliothèques. Vu comme ça, on est dans un délai de l'ordre de 10 à 15 mois, puisque nous situant bien après "la logique économique des industries du contenu".

Imaginer qu'un livre (numérique) ou un Cd audio suivent la même logique ... Quoique...l'avenir ne semble pas non plus bien gai

22:25 Publié dans demain, les bibliothèques | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : VOD, vidéo, bibliothèques, chronologie des médias, affordance | |  Facebook | | |