Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 02 avril 2007

Parce que le référencement doit se penser dès la conception d'une ressource

medium_180px-Uracher_Wasserfall_000.jpgTirée d'un billet de Marlène, cette réflexion me paraît exprimer une vérité bonne à dire mais surtout urgente à mettre en oeuvre.

1. Sauf que ... cette ardente obligation dépasse très largement le cadre du référencement traditionnel et renvoie, notamment dans les milieux non-universitaires, à des notions complexes de classement, d'indexation, voire de thésaurus.
Tout comme la carte n'est pas le territoire ( axiome que j'attribue souvent à tort à Elisée Reclus), le site Internet n'est pas non plus la bibliothèque.
2. Imaginer, à la source, une méthodologie du référencement suppose d'avoir une idée précise de l'exploitation de la ressource [source //ressource] en la présentant dans un cadre suffisamment explicite pour pouvoir l'atteindre : mais quel est ce cadre pérenne ? Est-il de nature encyclopédique ? Ou bien attaché à l'institution qui légitimement doit la conserver et la mettre à disposition [en consultation] ?
3. La notion de web invisible renvoie à ... un Web visible, mais par qui et comment et sous quelle responsabilité ? On mesure bien cette difficulté quand s'installe une BNUE sur des bases nationales - voire nationalistes.
4. Comment choisir les ressources qui feraient sens à terme ? Tout conserver, tout consulter est vain : c'est pourquoi on a inventé des fonds de conservation afin de trier, sélectionner, préparer la mise en valeur, "donner accès à".
5. Aucune compétence ne correspond vraiment à ce travail demandé : comment l'articuler intelligemment avec la mission de service public (bibliothèque territoriale) ?

Questions innombrables.

08:20 Publié dans Hybridation | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : Marlene, Nicolas Morin, BNUE | |  Facebook | | |

lundi, 22 janvier 2007

L'Europe DADVSI, comme un cabri ...(2)

Barbara Stratton, Senior Copyright Adviser du CILIP, nous présentait ensuite le contexte très particulier des institutions européennes et le rôle des deux commissaires concernés : Charlie McCreevy, pour la division "Marché intérieur" et Viviane Reding, "Société de l’information & Média", sur la question du droit d'auteur depuis 2001 à la Commission européenne.
Pratiquant l'anglais seulement en cas de nécessité absolue - et la DADVSI n'en faisant pas encore partie - j'aurai retenu de l'exposé de Barbara Stratton que l'analyse de l'IVIR était disponible depuis le 10 janvier 2007 (voir par ici un avant-goût du galimatias européen).
Les recommandations sont :
- les exceptions aux droits voisins doivent être calée sur celles du droit d’auteur ; et toc !
- il faut de la souplesse, d'où l'idée en a besoin d’un régime de laisser aux Etats le soin de réagir (comment ? Par la loi ?
- on en bouge pas sur l'audio,les arguments n'ont pas convaincu [les lobbies peut-être]
Ce qui voudrait dire qu'il n'y aurait pas de nouvelle directive, mais l'harmonisation étant un échec patent (c'est la dimension "marché intérieur" qui parle), il est grand temps de l'arrêter...Où l'on apprend que l'une des vertus de la BNUE sera de poser les questions à l'échelle européenne. CQFD

medium_logo_europeana.jpg


Là-dessus, quelques conseils pour "réussir" le lobbying DADVSI :
- mener des campagnes d'information,
- être membre d’EBLIDA ,
- faire du lobbying près des institutions européennes,
- commander des études et publier des recherches,
- se rapprocher de la société civile.

11:35 Publié dans z_dadvsi et après ? | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : dadvsi, iabd, barbara stratton, viviane reding, charlie McCreeevy, bnue, eblida | |  Facebook | | |

mercredi, 30 août 2006

ca chauffe à la BNUE

Tout le monde le dit et l'écrit (méthode Coué ?) : la vitesse supérieure sera enclenchée dans TOUS les pays concernés.

Cet appel à la mobilisation cacherait-t-il une forte carence en dynamisme de la part de ses partenaires ?
* D'un point de vue organisationnel, la question est posée du comptage de la chose numérisée : là encore la structure jacobine a laissé des traces. Plaidons pour une large extension aux pionniers qui numérisent sang et eau depuis déjà longtemps.
** Les frontières Archives / Bibliothèques / centres de documentation devraient d'ailleurs en profiter pour se saborder un peu, afin de nourrir convenablement les fonds numérisés.
*** L'appel à "subventions" du Ministère de la Culture ne pourrait-il pas être orienté en priorité vers ce type de chantier ?

19:10 Publié dans Hybridation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : BNUE | |  Facebook | | |