Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 02 février 2006

Tabouret et société de l’information

le tabouret dans les bibliothèques / Société de l’information

I. Vivent les tables et les chaises !

Le sujet évoqué n’est pas sans rappeler l’intense débat qui avait occupé pendant trois semaines les colonnes du Monde à propos des petites et grandes cuillers ;-) Mais pourquoi pas ?L’introduction d’un critère discriminant (places assises) dans le classement des bibliothèques laisserait à penser , en effet, combien l’espace culturel tient en peu de choses, et si je peux me permettre cette première approche, dans culturel, il y a "cul", qu’il faut bien poser quelque part Chaises et tables, certes, mais d’abord sièges, plates-formes de bas niveau (environ 43 cm du sol) afin de mettre en flexion les deux appendices inférieurs qui sont d’une utilité quasi nulle dans une bibliothèque.. Il n’est pas rare d’ailleurs, de voir les plus jeunes générations assises à même le sol dans les endroits les plus variés. D’où cette hypothèse osée : faut-il autant de tables qu’il y aurait de chaises à disposer autour ? La formule de probabilité : "pn(t + Dt) = pn-1(t).l.Dt + pn(t)[1- l.Dt" devrait départager les gestionnaires les plus rigoureux ... A suivre donc la taille des tables, d’aucuns les imaginant comme les réceptacles sacrés des ouvrages offerts à la concupiscence des usagers. Doit-on pouvoir ou non se toucher les pieds par en-dessous ? La face inférieure du plateau est-elle traitée "anti-cheming-gum" ? Peut-on les joindre afin de créer un plateau coopératif entre plusieurs groupes ? Les lutrins sont-ils en libre service ou accessibles par bon de commande ? Les ordinateurs créent-ils des pièges avec leurs câbles de branchement ? La surface en est-elle occupée par le journal du jour, déplié, ou plié ? On ne dira jamais assez l’importance d’un règlement intérieur qui fixera avec une rigueur toute canonique les innombrables recommandations nécessaires au bon usage de sièges et de tables. Et demain, un nouveau débat : pour ou contre les tabourets hauts.

II. Oui, mais les tabourets ?

Bibliographie sommaire. Question restée pendante : quid des tabourets dans les bibliothèques publiques ?

DEFINITIONS.
* La littérature technique sur le sujet est assez abondante, quoique la définition du tabouret reste sujette à des interprétations difficiles. Exemple : . "nom masculin - Petit siège à trois ou quatre pieds, sans dossier". Sans dossier d’accord, encore que dans les bars , il existe un dosseret, et pour le nombre de pieds, voyez la difficulté : que dit le code des marchés publics et la nomenclature : un lot pour les trois pieds, un autre pour les quatre pieds ? peut-on sous-traiter le quatrième pied ?

* Cependant, d’autres administrations et services publics n’ont pas les mêmes égards envers leurs usagers. Par exemple : "Quand aux justiciables, aux présumés innocents, ils jouissent d’une attention particulière : on les fait s’asseoir sur ce qui sans nul doute possible est un grill (c’est ainsi d’ailleurs que tout le monde nomme ces tabourets d’un désign bien particulier et pour le moins ascétique...)"...

ENVIRONNEMENT SOCIOLOGIQUE.
Conceptuellement, on trouvera les meilleures pratiques dans les pays non occidentaux rétifs aux mobiliers utilitaires. Curieusement, l’idée du tabouret sied mieux aux enfants , dont les espaces au sujet desquels les bibliothèques consentent à plus de mobilité [vous avez compris ? ] appellent facilement la notion d’universalité et de diversité. En clair, seuls les adultes ont besoin d’un siège stable pour s’asseoir.

Là-dessus, comment réaliser une bibliographie non (ou a-) exhaustive tenant compte à la fois des contraintes monumentale, spatiale, économique, culturelle (certaines DRAC s’opposent formellement à l’achat de tabourets à moins de 4 pieds) ?

ACQUISITIONS.
* Observons tout d’abord les systèmes dits "D" pour les petits budgets : http://worldlibraries.org/publications/lfaf/lfaf-21.htm "Vous pourrez aussi fabriquer des meubles à partir de matériaux disponibles dans votre environnement immédiat. Pour les sièges, vous pouvez utiliser des caisses, des bancs, des tabourets, des bidons d’essence ou d’autres matériaux. Des sacs à farine ou à grains cloués au mur font un excellent tableau d’affichage (fixez les avis à l’aide d’une épingle plantée dans le tissu). Les enfants (et certains adultes) préféreront peut-être s’asseoir sur des nattes posées sur le sol, ce qui est très économique "Le café-lecture recherche : • Canapés 2 places • tabourets de bar • tables basses " (la place des tabourets en deuxième position sur la liste renforce notre détermination : ils sont plus importants que les tables. CQFD)

CATALOGAGE ET INDEXATION

* Mais on peut s’organiser dans la proximité : "Les plus « grands » des petits trouvent ensuite les livres dans de petits bacs sur pieds : ces bacs sont du même bois que l’ensemble des rayonnages, cloisonnés aux dimensions des albums ; ils sont munis de fonds en caoutchouc, faciles à nettoyer. A proximité, on trouve des tables basses et des tabourets ." Réservés aux plus grands des petits, faut-il en déduire que els chaises sont destinées aux plus petits des grands ?

* A l’inventaire, ne rien oublier : "L’association dispose d’un local appartenant au Secrétaire général de l’association, auquel elle verse un loyer mensuel. Ce local comprend une bibliothèque de 150 livres pour enfants et une autre de 200 livres pour adultes. L’association possède un ordinateur, 12 tabourets ...". Voyez comme le nombre de tabourets tient une place prépondérante dans le classement des bibliothèques : cette référence serait-elle à l’origine du débat ?

HISTOIRE ET ART.
1.
"Les chaises de la bibliothèque du Centre culturel de Wolfsburg (1958- 62) suivent la forme générale du bâtiment et reprennent le modèle du tabouret aux pieds en éventail, conçu en 1954. Ces tabourets en bois accompagnent un comptoir de prêt aux formes libres, décoré de poutrelles de bois verticales. etc...". J’aurais aimé travaillé sous les poutrelles, nochalamment accoudé à un comptoir.
2.
"Tabourets d’influence marocaine dont l’assise et le dossier sont en sycomore massif réalisés par nos soins. Un coussin recouvert de lin est en applique sur le dossier, l’assise en lin également a été intégrée dans son support en sycomore"

SECURITE PROFESSIONNELLE .
A t-on assez envisagé que les tabourets peuvent avoir aussi un rôle technologique réservé aux personnels qualifiés : "Tabourets S’ASSURER que : la surface de chaque marche est antidérapante ; les roulettes du tabouret se rétractent lorsqu’on y monte ; la base est plus large que la plate-forme supérieure pour empêcher que le tabouret ne bascule ; la surface de la plate-forme est antidérapante."

CONCLUSION.

Mon choix final se portera donc sur un modèle peu répertorié dans nos univers culturels mais ô combien pratique puisque à usages multiples : je veux parler ici de l’excellente proposition du Tabouret avec bac porte-outils pour les garages et les ateliers :
"Son assise est réalisée avec 2 sangles polyéthylène souple.. le Cadre et le bac sont en acier avec peinture époxy verte. Les 4 roulettes pivotantes assurent mobilité et maintien dans toutes circonstances."

Vous me direz avec pertinence que le transport d’outils est rare dans nos édicules livresques : que nenni ! Voyez le poids des rouleaux de filmolux, la charge que constitue le carnet de bons de commande, enfin les objets oubliés par les usagers trouveront place naturellement sous le siège .

Il nous reste à traiter un ultime sujet : où mettre les tabourets ? par rapport aux chaises par exemple (la cohabitation est-elle supportable ? Sous les fenêtres ou près des portes ?


III. la place des tabourets dans la société de l’information

Après avoir envisagé d’intégrer tables chaises ET tabourets dans les espaces de lecture publique, il nous faut traiter maintenant du rôle respectif de chaque ustensile, de sa place et de l’impact sur la société de l’information. Ce qui n’est pas une mince affaire.

On prendra, pour plus de commodité (si j’ose m’exprimer ainsi), le tabouret à 3 pieds, en tant que représentant symbolique de la trilogie" Accès/Usages/Pratiques" qui sert habituellement à problématiquer sur le sujet.

ACCES ET ACCESSIBILITE.
Accéder, disait Confucius (et Alphonse Allais), "c’est ne céder sur rien en accédant à tout" : cette formule un peu mystérieuse ne nous apprend pas grand-chose, à vrai dire, sur l’accès aux tabourets. Leurs couleurs vives aident à les repérer, tout comme leurs trois pieds, les tables en possédant généralement quatre. C’est la supériorité évidente des tabourets sur les chaises. Accessible dès le plus jeune âge, le tabouret doit s’apprendre comme un siège et non un jouet. Il est instrument de savoir, puisque s’asseoir sans n’avoir rien à faire n’a pas de sens : autant rester debout, n’est-ce pas ? C’est là où entre en scène la société de l’information avec les NTIC. Quel plaisir intellectuel que de se rendre à une place devant un ordinateur dispensateur du SAVOIR et de la CONNAISSANCE ! Fermement campé sur ses propres pieds (au nombre de deux, faut-il le rappeler), l’usager entame alors un dialogue enrichissant avec la machine, fier de son siège qui , selon le modèle, le rehausse au-dessus du commun et/ou crée une figure pentalogique et unique.

USAGES.
Usages donc, parfois bien délicats. Atténuation de la difficulté grâce à la satisfaction du siège original, à défaut d’obtenir de l’OPAC une réponse sensée à ses questions. Le tabouret vous campe un homme, donne de la prestance à un jeune adolescent , met en valeur un galbe (mais je m’égare). Il serait faux de dire, dans cette circonstance, que le tabouret dégage une valeur ajoutée à lui seul. En terme d’usage, il faut bien relier l’émetteur au récepteur, l’outil à l’instrument, le cerveau à la main, et je dirais donc le tabouret à sa destination première. L’assise de l’usage (sans contrepèterie) est fondamentale.

PRATIQUES.
Les passerelles entre médiateur/bibliothécaire et usagers vont prendre une grande importance dans les moments à venir. Car enfin, le médiateur ( le bibliothécaire, vous, moi) prépare-t-il son travail de restitution (catalogage, indexation, notes, biblio, ...) sur une chaise ou un tabouret ? Autrement dit, est-il dans les conditions mêmes qu’il propose (impose ?) à l’usager ? Ce point est longuement débattu dans les colloques et un Wysiwig tangentiel s’imposerait - n’ayons pas peur des mots - si nous voulions être en parfaite cohérence avec nos publics. On pourrait avancer l’hypothèse du retournement reptilien technologique que je traduirais par " Usagers, puisque vous avez des ordinateurs plus puissants et plus nombreux que les nôtres, vous n’avez qu’à vous débrouiller !!!". Ce ne serait pas très honnête ; c’est comme si on coupait un pied du tabouret.

On le voit , l’approche du tabouret dans la société de l’information occupe une place particulière dans le débat. Place assise bien évidemment mais pas forcément sûre. Je pense en particulier aux nouveaux systèmes sans fil (Wi-fi) qui pourraient bien remettre en cause toute notre réflexion sur les tables et les chaises.

Auquel cas il faudrait alors un autre été pour reconstruire une méthodologie digne de nos temps modernes. En attendant, je vous propose de tester pour notre communauté - et pendant trois semaines - la lecture sur une méridienne, dans un hamac, à l’ombre et à une heure où généralement tout le monde trime. Lecture interrompue par une sieste suscitée après avoir compté les tabourets qui sautent au-dessus des tables. Où allons-nous ?

22:20 Publié dans Ressources bibliothèque | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |