Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 23 février 2010

Réseaux Internet et lien social

Le dernier numéro de la revue Empan ( n° 76) est consacré à ce sujet : réseaux Internet et lien social. Les éditions ERES publient les travaux de l'ARSEAA (association régionale pour la sauvegarde de l'enfant, de l'adolescent et de l'adulte).

Initiative assez rare pour être soulignée, tant manquent des travaux un peu pertinents sur le sujet. Ici, à travers les publics connus de l'association, se dessine finalement un paysage assez différent des représentations habituelles et qui interroge sur les facettes si diverses des réseaux. La qualité des participations est indéniable (on a beaucoup aimé " du réseau social au réseau sexuel" pour son 2° degré) et vient croiser d'autres analyses sans doute plus techno... On y aborde également la question des pratiques des travailleurs sociaux (dans leur sphère professionnelle).

La double thématique "invisibilité"/"anonymat" est particulièrement présente tout au long du dossier : on ferait bien d'y penser plus souvent quand il s'agit d'aborder Internet avec les générations Y dans les bibliothèques : on y prendrait très certainement quelques bonnes leçons...Et pourquoi ne pas inviter Empan à en discuter avec le  bibliothécaires ?

Cette revue est disponible sur Cairn, auquel accède tout professionnel des bibliothèques...

00:32 Publié dans BIB, Bib /En quête, LIRE | Lien permanent | Commentaires (17) | Tags : empan, lien social | |  Facebook | | |

vendredi, 29 janvier 2010

29 janvier 2010, une bonne journée

 

2CV_verte.jpg

Bonne journée personnelle que le 29 janvier : j'ai fait une "sortie de grange" (urbaine) d'une 2CV de 1983 qui a fait ses 150 premiers kilomètres entre Toulouse et le Gers ; elle remplace la grise et noire qui avait subi quelques avanies vendéennes. Et pourquoi bouder ces petits plaisirs où l'électronique n'a aucune place ?

 


Bonne journée professionnelle avec un articulet du journal La Croix qui m'a permis d'exprimer (autant que la journaliste a bien voulu ou pu le faire) une position des bibliothèques sur le livre numérique : un manque cruel . Ce qui n'a pas été retenu tient dans six items :

laCroix_titre.jpg

- l'objet technologique (tablette Apple) ne fait pas le livre numérique

- nous sommes attachés (liés) à la diffusion de la connaissance et des savoirs

- les bibbliothèques sont incarnées, et ce sont leur contexte local, social, culturel et leurs collections qui  font sens = les livres numériques viennent compléter et irriguer cela
- le prochain support est le smartphone
- la chaine du livre n'est pas prête
- les bibliothèques créent toujours l'innovation dans la chaine du livre : cette légitimité à  expérimenter est donc de fait.

 

laCroix_articulet.jpg

 

 

 

jeudi, 28 janvier 2010

Mauvaise pioche à Orléans

180px-Lenepveu,_Jeanne_d'Arc_au_siège_d'Orléans.jpg

L'info avait circulé depuis quelques jours : la mairie d'Orléans sacrifie 30 % du budget d'acquisition des bibliothèques pour développer un programme de numérisation qui lui permet de conserver ses trois conservateurs d'Etat. C'est la Gazette qui le dit. "Les économies devraient porter sur les achats en plusieurs exemplaires et sur les documents disponibles en ligne".

La somme en jeu : 89 000 €.

Calcul : les trois conservateurs d'Etat "valent" 89 000 € , soit l'équivalent du coût moyen salarial (charges comprises) de trois assistants du patrimoine,

Remarque : la numérisation vaut quand la valorisation est entendue comme un service. Ce qui a aussi un coût.

Question : qu'en pensent et qu'en penseront les usagers ?

18:54 Publié dans BIB | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bibliothèques, numérisation | |  Facebook | | |

mardi, 26 janvier 2010

Alea ACTA est ?

L'ACTA est en soi un projet terrifiant en soi : supra national, transcontinental, il propose de prendre en main le règlement de la propriété intellectuelle pour un ensemble important de pays.

Terrifiant parce que bravant toutes les pratiques habituelles en la matière : la concertation, le vote de lois nationales ou l'adoption de directives, la recherche d'un équilibre entre droit et accès raisonnable.

Le mouvement s'amplifie depuis quelques jours : les "veilleurs" S.I.Lex et Paralipomènes notamment alertent sur la gravité de la situation.

Il est hors de sens d'imaginer que les biblithèques en sortiront intactes : toucher de cette façon à la liberté de l'info "d'aller et venir"  présage d'un avenir où les lieux d'accès seront eux-mêmes baillonnés. Après le portail blanc (mais le danger est-il écarté ?), des logiques plus que libérales font violemment intrusion dans nos mondes un peu feutrés. Nous  sommes nous-mêmes, comme ils disent, "impactés" par la crise, et ballottés dans les arbitrages locaux, régionaux, budgétaires, ou encore de management.

A peine sortis d'une brassée de rapports, il faut à nouveau dégainer avant que les engagements deviennent irréversibles.

J'encourage les professionnels à demander à leurs associations de signer la Lettre ouverte de la Quadrature du Net et, pour avoir plus de poids, à la signer en tant qu'Interassociation.

 

23:33 Publié dans BIB | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : acta, bibliothèques, bibliothécaires, droit d'auteur, iabd | |  Facebook | | |

mercredi, 13 janvier 2010

Patrimoine numérique : i-na-lié-na-ble

La remise du rapport Tessier (une analyse sur le site de l'ADBS, un commentaire dans Le Monde, une vision intelligente d'une(e) ministre,  un interview style Gala d'un autre ministre) permet de passer aux commentaires ouverts.

Les auditions ont concerné nombre de profesionnels et d'assocations (dont l'Iabd). Quels messages ont été entendus, écoutés, pris en compte ?

J'en retiendrais un et un seul : à l'image du patrimoine physique, il est urgent de considérer que le patrilmoine numérique est lui aussi, inaliénable.

Tout projet voué à "donner", céder sans contrepartie le patrimoine numérique ne devrait même pas être envisagé dans un cadre public. A l'instar du domaine public (le réel, celui de la rue par exemple), de bâtiments, de ressources essentielles, ce patrimoine est attaché à une notion d'exploitation, pour laquelle existent des cadres juridiques très affinés : concesions,  etc.. Appliquons-les au patrimoine numérique. Chacun en tirera profit.

Il reste à lire le rapport  pour en tirer nos propres supputations. Le jacobinisme a encore de beaux jours devant lui : est niée à nouveau la dimension collective des bibliothèques publiques qui numérisent et ont déjà numérisé, et sans que soit reconnu leur rôle parfois pionnier.

 

11:20 Publié dans BIB | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : numérique, tessier, bibliothèques, patrimoine numérique | |  Facebook | | |