Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 29 octobre 2014

Le livre numérique confisqué par les clercs ?


L'annonce de la journée du CRL Midi Pyrénées consacrée au livre numérique n'est pas une bonne nouvelle
Voilà un centre de coopération régionale qui trois ans après avoir lancé un groupe de travail sur la question se fend d'une journée professionnelle sur ce thème. Mais apparemment sans lien entre l'un et l'autre.

Explications.

 

crl.jpg

Le 24 février 2011, le président du CRL Midi-Pyrénées invite une bonne douzaine de professionnels de la chaîne dit du Livre à cogiter sur le livre numérique pour, je cite, "une compréhension rapide des enjeux et une capacité d'adaptation face aux nouveaux défis ».


Dont acte.
Tout le monde met au travail, apportant ses savoirs, ses réseaux pour des auditions de qualité. Et donc dans l'été 2012 une première version d'un rapport est élaborée.

Elle n'aura pas le temps d'être présentée au groupe de travail :départ du directeur du CRL, atermoiements sur la date de présentation, bref nous voilà en 2013, bien loin du contexte de 2011.


Mais entre temps le groupe n'avait pas chômé. La Cantine reçoit le CRL  dans son BarCamp de mars 2012 pour des opérations d'information. Le salon Vivons Livres accueille un atelier Livres numériques.

Mais surtout des bibliothèques lancent Tabenbib en réponse à un appel d'offres Projets innovants du Ministère de la Culture dès juin 2011.


Fort bien direz-vous, et alors ?
Les praticiens du groupe de travail n'ont toujours pas de nouvelles du rapport en cours malgré des rappels insistants.

Deux questions : 
- En quoi les travaux du groupe gênent-ils cette journée ? Trop francs ? Trop demandeurs d'un véritable stratégie régionale que la structure CRL serait dans l'incapacité de prendre en charge  depuis trois ans ?
- La parole des professionnels de "l'étape" ne peut-elle égaler celle des institutions qui déroulent à leur rythme les réformes et les changements?


C'est que je pense : confiscation par les clercs, lesquels sont aujourd'hui les tenants d'un savoir "savant" ... et contrôlé : via les structures dites de coopération , les institutions représentant les pouvoirs publics, les universitaires par exemple.


Entre temps l'expérimentation Tabenbib a produit ses rapports, plus exactement les trois réseaux de bibliothèques ont réalisé un bilan détaillé mais le CRL, pilote officiel, non. Manque aussi de la part du pilote le bilan financier qui permettra de s'assurer que la subvention du Ministère a bien été intégralement consacrée au projet.

Résumons :
- d'un côté une sympathique démarche collaborative dont les membres pensaient -un peu naïvement - qu'elle allait déboucher sur un vrai projet autour du livre numérique en Midi-Pyrénées,
-de l'autre une institution régionale (je ne rappelle pas ici que son financement en très grande partie public) qui se relance avec LE truc :la journée d'étude.


Il serait temps de donner la parole et les moyens aux pionniers et médiateurs plutôt que de réunir une énième fois celles et ceux qui attendent  encore la recette magique.

Mais où est un coup de main , l'aide concrète, bref la prise en compte des mutations comme le disait il y a (déjà) 42 mois le même Président du CRL ?


Je ne jetterai pas le bébé du livre numérique avec l'eau du bain . .
Mais  à cette vitesse - là, la culture numérique dans le domaine de ... la culture a du souci à se faire.

Honte aux clercs aux mains analogiques si propres. J'oserais ajouter :" faites donc des journées d'étude entre vous"

Bravo et encouragements aux médiateurs de terrain qui sauront passer outre aux lenteurs escargophiles pour faire progresser leurs métiers et servir les publics .

14:50 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |