Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 13 janvier 2010

Patrimoine numérique : i-na-lié-na-ble

La remise du rapport Tessier (une analyse sur le site de l'ADBS, un commentaire dans Le Monde, une vision intelligente d'une(e) ministre,  un interview style Gala d'un autre ministre) permet de passer aux commentaires ouverts.

Les auditions ont concerné nombre de profesionnels et d'assocations (dont l'Iabd). Quels messages ont été entendus, écoutés, pris en compte ?

J'en retiendrais un et un seul : à l'image du patrimoine physique, il est urgent de considérer que le patrilmoine numérique est lui aussi, inaliénable.

Tout projet voué à "donner", céder sans contrepartie le patrimoine numérique ne devrait même pas être envisagé dans un cadre public. A l'instar du domaine public (le réel, celui de la rue par exemple), de bâtiments, de ressources essentielles, ce patrimoine est attaché à une notion d'exploitation, pour laquelle existent des cadres juridiques très affinés : concesions,  etc.. Appliquons-les au patrimoine numérique. Chacun en tirera profit.

Il reste à lire le rapport  pour en tirer nos propres supputations. Le jacobinisme a encore de beaux jours devant lui : est niée à nouveau la dimension collective des bibliothèques publiques qui numérisent et ont déjà numérisé, et sans que soit reconnu leur rôle parfois pionnier.

 

11:20 Publié dans BIB | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : numérique, tessier, bibliothèques, patrimoine numérique | |  Facebook | | |

Commentaires

Quelles sont les valeurs qui devraient être accolées au patrimoine immatériel public ? On voit bien que pour l'instant, on ne les connait pas, ou il n'y a hélas pas consensus. Pour défricher le sujet, il faudra bien pourtant que ces valeurs soient définies quelque part oui. Je mettrais bien pour ma part : pas payer 2 fois, accessibilité.

Je ne suis pas sûr que l'inaliénabilité soit une valeur du numérique (car la copie et la démultiplication transforme cette question). Quelles sont les valeurs (éthiques) des données publiques ? C'est effectivement une bonne question !

Écrit par : Hubert GUillaud | mercredi, 13 janvier 2010

@Hubert : sur la copie,très trivialement je renvoie à street view. Et je te suis dans les valeurs : mais avec quels attributs ? J'y mettrais sans doute le non-monopole de l'indexation, la consultation sur place dans toutes les bibliothèques publiques.

Écrit par : Mercure | mercredi, 13 janvier 2010

Sympa !

Écrit par : gilles | jeudi, 14 janvier 2010

Les commentaires sont fermés.