Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 20 octobre 2008

a quoi servirait une tablette dans une bibliothèque ? (O)

Le billet de Bertrand Calenge avec ses commentaires a posé quelques questions qui ne laissent pas insensible.

La question est de savoir à quoi pourrait servir une tablette dans une bibliothèque.
Dans une précédente expérimentation (réussie) de lecteurs MP3 pré-chargés d'audio-livres, l'aspect le plus positif signalé par les abonnés était l'absence de "bidouillage" au téléchargement, geste qui rebute encore nombre d'abonnés. [l'aspect le plus négatif : le catalogue riquiqui de livres en langue française].

Dans cette hypothèse, la tablette serait le support de textes (ceux que la tablette peut supporter), voire de sons, voire d'images qui seraient mis à disposition des abonnés.
Mais dans quel but ?
Quatre usages viennent aussitôt à l'esprit :
- complémentarité : le succès de certains titres (L'élégance du Hérisson, Millénium par exemple) génèrent un nombre de réservations tel que proposer un autre mode de lecture [un service] est envisageable ; avec la tablette, [ mais aussi l'audio-livre, pourquoi pas ? ]
- accessibilité : le choix de la taille des caractères rend le texte très flexible et sans déformation. Pratique pour les lecteurs qui ont un handicap visuel,
- découvertes : littérature contemporaine [merci François Bon], littérature étrangère (langue native), textes pas encore imprimés, textes impubliables, musiques expérimentales, locales...
- classiques : accès immédiat, pas de recherche en magasin, moins de stockage, multiplication des exemplaires.

On voit pointer la question des droits, qui ne restreignent pas la liberté du bibliothécaire : ils la soumettent à un argument financier, ce qui n'est pas dans le même plan. La plupart, voire la totalité de documents proposés par une bibliothèque publique sont soumis à droits : pourquoi les textes (sous droits) sur tablette y échapperaient-ils, tant qu'il n'y a pas d'application du droit de prêt au livre numérique ?

Extension :
- la tablette peut proposer et le texte du livre et le dossier réalisé par la bibliothèque sur l'auteur, le roman, le genre,
- d'autres documents seraient ainsi "passés" : dossiers documentaires, enregistrements de conférences, images tirées des fonds patrimoniaux ou anciens, lettre aux abonnés, etc ...


07:56 Publié dans à lire sans papier | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : livres numériques, ebook, bibliothèques, tablette, livrel, liseuses, calenge | |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.