Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 15 octobre 2008

l’éditeur ne doit pas imposer sa présentation (N)

Tiré d'un billet fort complet de Lectures numériques sur le format epub , ses avantages et ses inconvénients.
Cette analyse assez technique rejoint, a contrario, l'aversion (le mot est sans doute trop fort) pour le-pas-beau-livre évoqué par ici.

Reste que la question est fort pertinente : elle nourrit un débat sur l'adaptation [ou non] du texte à la tablette - tout comme le livre-papier en a connu.
Adaptation peut signifier : meilleure lecture, lecture rendue plus facile, accès à des lecteurs dans l'incapacité de livre un livre papier, choix du lecteur pour les polices, marges [j'y crois peu], parti pris de l'auteur, enrichissement par un dossier [ évolutif], des notes, des illustrations, des commentaires.
S'il y a enrichissement, c'est que la version du "contenu" "texte+notes+etc... est mise à jour. Et que l'achat comprend contractuellement cela ?
Si la tablette permet d'en profiter, pourquoi pas ?
Mais qui est éditeur ? Ou bien, que fait exactement l'éditeur ?

00:28 Publié dans à lire sans papier | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : livrel, liseuses, ebook, sony reader, cybook, gallimard, numilog | |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.