mercredi, 01 juillet 2009

Bloguer plus, bloguer moins, bloguer mieux

On en parle un peu partout et le phénomène twitter l'a peut-être révélé : il y a un net changement chez les blogueurs. Fred Cavazza l'avait déjà signalé en septembre 2008 , François Bon y revient en décrivant plus précisément la nature du changement.

Nuançons un peu (dans la BBS)

- de nouveaux blogs naissent : plus spécialisés, ils relatent de manière  pointue une actualité qui elle-même a tendance à s'essouffler. Le déplacement des centres d'intérêt des médias conduit à s'intéresser alors à des aspects particuliers . On y gagne.

- les blogueurs élargissent leurs visions "métier" en s'exprimant plus ouvertement sur leurs activités, leur environnement.

- Twitter offre un circuit "court" de veille, apparemmeent ludique mais en fait véritable "agrégateur" permanent, en flux tendu. On y perd en analyse, on y gagne en réactivité.

Mais on observe qu'il ne s'agit plus tout-à-fait des mêmes communautés, comme si une sorte de fossé allait séparer ceux qui twittent jour et nuit (si, si) et ceux qui consacrent à la veille la portion congrue ( et on voit à quoi ça mène ...).

La technologie nous pousse encore au-delà des appropriations communes : danger permanent.

Mais muter devant l'Internet nest pas un péché, plutôt une vertu, à condition que l'esprit collaboratif ( dejà si mince) perdure.

On peut dire enfin que les centres d'intérêt professionnel se modifient : les passages à la praxis ne se racontent pas au même rythme, avec les mêmes mots et peut-être pas dans les mêmes endroits.

 

 

 

07:03 Publié dans BIB BLOGS | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : blog, twitter, bibliothèques, bibliothécaires | |  Facebook | | |

Commentaires

bien sûr en plein accord - par contre, que mutation en cours, et profonde, de notre rapport au web, c'est pas contestable, et que les outils comme tw ou fb (dont j'ai pour ma part usages complémentaires avec très rarement doublon) y tiennent grosse place

par exemple, ce matin, ai révisé mon Netvibes en intégrant une bonne vingtaine de sites découverts récemment, en ai viré aussi pas mal qui ne bougeaient plus

et c'est là où je te rejoins sur le fond : probablement une recomposition depuis l'idée même de "territoires", qui restaient partiellement cloisonnés selon nos disciplines d'origine - par exemple, ai dialogue dense avec acteurs numériques de l'univers "presse" et probablement coupure très symétrique entre eux et la presse trad, comme nous côté littérature numérique avec éditeurs trads

te rejoins aussi sur l'importance de ce mot "collaboratif", ce que l'ami @dbourrion disait que "sur le web on pense mieux parce qu'on pense ensemble"

reste par contre sur l'idée que dans la contraction actuelle on perd des blogueurs qui ont fait énorme travail de contenu, mais n'ont pas pris le virage réseaux sociaux, alors que pas de réseau, même twitter, sans partage de contenus exogènes

voir aussi article François Guillot http://tinyurl.com/nxj72j

Écrit par : F Bon | mercredi, 01 juillet 2009

En complément, le virage pris par S.I.Lex : http://scinfolex.wordpress.com/2009/07/10/s-i-lex-fait-peau-neuve/

Écrit par : Mercure | vendredi, 10 juillet 2009

Écrire un commentaire