Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 02 septembre 2008

Rameau : reflet de la réalité ou interprétation du monde ?

Titre (très sérieux pour cette rentrée) d'une des interventions lors du 16ème congrès de la Société Française des Sciences de l'Information et de la Communication à Compiègne.
Prenant le cas des sciences de l'information et de la communication, les auteurs de cette contribution analysent l'évolution des vedettes-matières à travers de critères de représentation mais aussi temporels.
L'étude est suffisamment courte et pertinente pour être lue par les experts avec un oeil intéressé.

Parmi les Conclusions déposées par les universitaires :
- " Dans le répertoire Rameau, la vedette Sciences de l'information est employée pour sciences de l'information et de la communication et vice-versa. On est donc face à une représentation du monde dans laquelle Rameau ignore la conjonction de deux champs qui se sont mis à dialoguer depuis trente ans"
- "Il y a sur-représentation des concepts plutôt associés au monde de l'information et des bibliothèques. Peut-être ce biais est-il dû au fait que les indexeurs sont issus du monde de la documentation."

CQFD

00:45 Publié dans demain, les bibliothèques | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : Rameau, SFSIC, bibliothèques, vedettes matières | |  Facebook | | |

Commentaires

Juste une remarque, cette étude essaye d'analyser Rameau, qui est un vocabulaire généraliste, sous l'angle d'un domaine spécialisé. Leur conclusion - Rameau n'est pas assez "expert" pour répondre à leurs besoins descriptifs - était un peu prévisible non ?

Écrit par : Manue | mercredi, 03 septembre 2008

Vu sous un angle sociologique ou historique, cette étude n'apporte pas grand chose. Elle hypostasie complètement le langage d'indexation (à titre expérimental, remplacez le mot "rameau", dans le texte, par "langue française"), doté presque d'une vie et d'une volonté propre.
Elle fait tout juste une allusion aux concepteurs du langage, en ignorant totalement, comme le souligne Manue ci-dessus, qu'il s'agit d'un outil conçu par et pour les bibliothécaires. La dimension sociologique (qui fait quoi à la Bnf ? Comment se passe concrètement le travail visant à créer, à conserver ou à éliminer certaines vedettes-matières - etc.) est absente.
La mobilisation du bouquin de Degenne et Forsé (analyse en terme de réseaux sociaux) tombe complètement à plat.
La dimension historique également: depuis quand Rameau existe-t-il ? Qu'a-t-il remplacé ? Pourquoi un tel "découpage temporel du corpus" en 6 périodes ? Pourquoi 1980 ? etc. etc.

Écrit par : MxSz | vendredi, 05 septembre 2008

Les commentaires sont fermés.