Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 11 juillet 2008

Rouen brûle sa bibliothèque

De jour en jour, la polémique rebondit. Elle a pris naissance dès l'élection municipale (rappelez-vous, et voyez -déjà - les commentaires)et n'en finit pas d'enfler.
L'affaire développe aussi une petit côté parano dans les associations professionnelles, dont un communiqué - assez comminatoire pour la municipalité actuelle - semble avoir choqué quelques bibliothécaires de Normandie.
Sans prendre parti dans un dossier sans doute fort complexe, voilà que surgit une autre "aspérité" de même nature, à Angoulême, où l'on discute de l'emplacement de la future médiathèque d'agglomération : centre-ville ou quartier ?

Au moment où les portails - espace de la médiathèque - symbolisent la stratégie d'accès, il y a, apparemment, enjeu autour de la place de la bibliothèque dans la ville. Enjeu de nature sociale plus que culturelle (mais sommes-nous encore "dans" la culture ?), source de division.

Méditation d'été.

07:30 Publié dans BIB | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : rouen, angoulême, portail | |  Facebook | | |

Commentaires

Le dossier est en effet très complexe (et surtout éminemment politique...), car il n'est pas seulement question de l'implantation d'une grosse médiathèque mais aussi de la survie des bibliothèques de quartier, dont l'avenir semblait plus qu'incertain pour certaines d'entre elles si le projet initial avait vu le jour (un comble pour un projet de bibliothèque censée devenir tête de réseau !). Une issue semble quand même se dessiner : le Département a en effet proposé de reprendre le bâtiment pour y installer l'accès public à ses archives, les locaux qui leur sont actuellement affectés devant arriver à saturation dans les prochaines années. La construction du site pourrait donc s'achever, sans modification d'envergure dans les aménagements intérieurs, les calculs de charges pour une bibliothèque valent autant que pour des archives. La vocation culturelle du lieu serait ainsi préservée, et les chercheurs comme les généalogistes bénéficieraient d'une structure adaptée pour consulter les archives. Un espace d'exposition pour mettre en valeur les collections est me semble-t-il également prévu. Reste à recueillir l'avis de Rudy Ricciotti, qui doit rencontrer le maire dans les jours prochains.
Va-t-on aller vers une "happy end" ? Je le souhaite mais ce qui se passe autour de cette médiathèque est malheureusement plutôt symptomatique des querelles d'influence qui se jouent en ce moment à l'échelle de l'agglomération et même du département...

Écrit par : Une Rouennaise | samedi, 12 juillet 2008

Je ne sais qui a tort ou raison dans cette histoire, mais je reste étonné de n'entendre aucun argument financier. Personnellement, j'en était resté à un article assez ancien de Livres-Hebdo où l'on mettait en cause les surcoûts accumulés de ce projet jugé assez pharaonique, le fait que la DRAC et le département avaient fini pour cette raison par refuser de subventionner le projet etc...On y parlait aussi de l'intérêt discutable de penser une structure aussi énorme comme moyen de dynamiser un quartier. A l'heure où l'on vante les structures de proximité, la queston se posait tout de meme de savoir si l'interet de "redynamiser" les actuelles bibliothèques de Rouen n'aurait pas été plus valable. L'article de l'ABF est évidemment très vertueux, mais il y a tout de mème l'aspect financier qui doit être mentionné, ainsi que le bilan réel de ces énormes structures qu'on continue de bâtir chaque année en France !

Écrit par : Serge | samedi, 19 juillet 2008

@ Serge : l'argument financier est le premier qu'a "dégainé" le maire. C'est (officiellement) suite à la remise du désormais traditionnel audit financier de début de mandat que la décision a été prise. Le surdimensionnement du projet a aussi été l'un des principaux arguments pour défendre son abandon.
En tout cas je confirme qu'un accord entre la Ville, le Département et l'architecte a été trouvé. La construction va aller jusqu'au bout et le site gardera sa vocation culturelle puisqu'il accueillera les archives vivantes, une médiathèque de quartier et peut-être l'école des Beaux-Arts (pas de confirmation officielle à ma connaissance sur ce dernier point mais c'est une option qui a été évoquée dans la presse locale en amont des négociations avec Rudy Ricciotti).

Écrit par : Une rouennaise | mardi, 22 juillet 2008

Les commentaires sont fermés.