Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 13 juin 2008

Ouvrir, fermer, ouvrir

Lecture du rapport intitulé "Améliorer l’accueil dans les
bibliothèques"
et sous-titré (!) : Propositions pour une extension des horaires d’ouverture
D'entrée de jeu, le rapporteur situe la hauteur de l'enjeu :
"Pour les 3 004 bibliothèques municipales françaises pour lesquelles les statistiques del’année 2005 sont disponibles, la moyenne d’ouverture hebdomadaire se situe en dessous de20 heures (19 heures 30 minutes) !
Ce chiffre s’explique par la prise en compte des bibliothèques des communes de moins de 5 000 habitants. Si l’on ne prend en considération que les 247 bibliothèques des communes dont la population est égale ou supérieure à 30 000 habitants, cette moyenne approche les 30 heures d’ouverture par semaine, ce qui est assez sensiblement inférieur aux moyennes constatées dans les bibliothèques européennes du même type."


Ouvrir plus, ouvrir mieux.
Recours aux heures supplémentaires pour éviter les gonflements de masse salariale
Disparité B.U. / BM

Pistes données :
"Dans les bibliothèques municipales, on objecte encore que le service interne est très consommateur de temps, et qu’il est difficile d’en consacrer davantage à l’accueil du public.
C’est oublier que le recours aux catalogues collectifs en ligne, aux outils mutualisés de traitement bibliographique, et à l’externalisation de certaines tâches d’équipement [...]. Il convient d’accélérer un changement dans cette direction des comportements professionnels déjà en vigueur dans d’autres types de bibliothèques. La formation initiale et continue des bibliothécaires devrait être plus nettement orientée vers cette nécessaire évolution"

= Formation à renouveler.

"Enfin, une spécialisation trop poussée des équipes à l’intérieur de la bibliothèque [...] engendre un fractionnement des tâches et des services qui débouche sur un traitement spécifique de certains publics aux détriments de l’accueil du « grand public » et de la fourniture de services plus courants que ce dernier est en droit d’attendre de la bibliothèque."

= Polycompétence

Regrettons que pas un mot n'ait été écrit sur les espaces virtuels des bibliothèques, véritables lieux de rencontres et de services : complémentaires des lieux physiques, peut-on ignorer encore leur impact à terme sur la bibliothèque elle-même ?

Bibliothèque hybride, quand tu nous tiens ....

08:10 Publié dans BIB | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : bibliothèques, biblithèques hybrides | |  Facebook | | |

Commentaires

Bonjour Michel,

Tout à fait d'accord sur l'absence de mise en perspective de l'offre et des services en ligne, notamment pour ce qui regarde les chercheurs en BU.

Une autre chose me gêne toujours, c'est l'absence d'analyse de la demande, et donc des besoins réels. Il ressort pourtant rarement de nos enquêtes qu'il faille ouvrir le dimanche ou durant les vacances d'été et je n'ai encore jamais vu dans ma (courte) carrière les usagers s'agglutiner aux portes des nos bibliothèques à ces périodes. Dès juin, et jusque début septembre, il n'y a plus personne dans nos murs... on peut le déplorer mais c'est ainsi.

Qu'il y ait un fantasme des usages non satisfaits, qu'on souhaite qu'il y ait des chercheurs étrangers l'été, qu'on veuille ressembler aux autres bibliothèques européennes, c'est un peu comme demander aux françaises de grandir plus et d'être désormais toutes blondes naturelles pour ressembler au stéréotype des journalistes donnant les résultats de l'eurovision... ok, mais pour quoi faire ?

Notre vrai problème est celui de l'acculturation à la bibliothèque (à la documentation) et son intégration dans les pratiques non contingentes des individus (sociales, éducatives, scientifiques) : (re)créer, (ré)générer et fidéliser un public. Mais de cette question tout le monde se fiche (merci le CREDOC)... quant aux ouvertures et horaires, la vraie question est déjà de déconcentrer l'usage des bibliothèques (mercredi/samedi pour les BM et novembre/mars pour les BU) sur les amplitudes existantes.

Je suis à fond pour l'extension des horaires, ciblée, localisée et évaluée et donnant la priorité aux centres villes et aux actions mixtes BM/BU. Mais arrêtons de donner des barres à franchir et des échéances fictives pour le faire au risque de tomber à nouveaux dans des réponses purement quantitatives : ok, on ouvre à 7h30 le matin pour faire nos heures...

Écrit par : Olivier Tacheau | samedi, 14 juin 2008

Bonjour,

J'ai lu avec attention et intérêt ce rapport .

J'ai noté certaines erreurs dans les statistiques et données indiquées ; mais de plus il me semble que donner des chiffres d'horaire d'ouverture bruts est très insuffisant. Quels sont les services réellement rendus pendant les heures d'ouverture ? uniquement lecture sur place , communication de documents en magasins (BM centrales) suspendue à partir de 18h comme dans pas mal d'endroits ?
Sections jeunesse fermées le matin ? les chiffres en général comptabilisent les secteurs adultes (les plus ouverts).

D'accord avec O. Tacheau, notamment en BU : quelle place globalement de la nécessité de documentation dans un cursus universitaire ?

Enfin, mais pour l'avenir immédiat, comment la consultation de BDD en ligne / cours en ligne / est-elle décomptée ? après tout, si un étudiant ou un chercheur utilise à plein les BDD auxquelles la BU s'est abonnée à coûts non négligeables, et ne vient pas physiquement emprunter, parce que ces BDD sont disponibles 24x24, on ne peut que se féliciter de s'être abonné aux bouquets !

Ce qui veut dire que l'augmentation des horaires est un principe intéressant, mais qu'il doit être vu de façon plus spécifique, en intégrant les services proposés et à quelles périodes, et pas seulement les horaires d'ouverture / fermeture des portes des salles . Il faut donc aussi que nous revoyions nos façons de faire les statistiques d'usage des BIB . aujourd'hui.

Ceci dit, il me semble que nombre de bibliothèques universitaires et municipales pourraient être ouvertes un peu plus ... et que cela aurait des avantages sur la diversification des publics (BM) et sur la qualité de travail des étudiants en BU. Mais ouvrir plus ne suffit pas, si l'on ne fait pas aussi une révision des accueils, des collections et documents proposés, etc..

Enfin, quand j'entends que l'on rétablit un prix d'entrée dans les musées qui étaient passés en gratuité, pour des raisons financières, je ne peux que m'inquiéter sur la distance entre discours et réalité de la volonté de démocratisation culturelle (là aussi, il n'y a pas que la question financière, mais malgré tout ... ).

C. Belayche

Écrit par : claudine Belayche | jeudi, 03 juillet 2008

@ Daniel et @ Claudine
merci de vos réflexions, qui éclairent pertinemment le sujet tant rabâché des horaires d'ouverture.

J'ai retenu que l'évaluation devait vraiment prendre en compte les nouveaux usages.

Sans doute faudrait-il trouver un endroit plus aéré pour poser cette problématique. Pourquoi pas une rédaction commune d'un billet pour Tour de Toile ou BBF ? Très modestement, je pourrais apporter ma contribution sur l'aspect suivant : l'ouverture d'un portail de services à distance doit-elle être limitée aux heures de fermeture de la bibliothèque (puisqu'un portail, comme une porte, doit être ouvert ou fermé) ?
:-)

Écrit par : Mercure | jeudi, 03 juillet 2008

Les commentaires sont fermés.