Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 30 avril 2008

Quand les élèves conservateurs copient sur le Net

0a25596958ec1190b73b52ef44aee070.jpg

Où l'on apprend que l'auteur des Dix plaies... Dominique Maniez,
- enseigne à l'Enssib,
- signale que ses étudiants ( = élèves conservateurs) copient à tout va sur Internet ;
- déclare que les " blogs, quand on voit ce qui s'y écrit, ce n'est pas terrible".

edit 17 mai08 : une correspondance un peu complexe a accompagné ce billet. Une analyse de l'ouvrage, par B&C, est disponible ici.

08:00 Publié dans BIB | Lien permanent | Commentaires (17) | Tags : enssib, maniez, bibliothèques, B&C | |  Facebook | | |

Commentaires

en fait ses étudiants sont surtout des élèves bibliothécaires, qui ne s'aventureraient pas à copier quoi que ce soit sur internet avec la menace du logiciel de détection de plagiat (Compilatio) qui leur est brandie depuis le début de l'année...
cela dit, finalement, les livres, quand on voit ce qui s'y écrit, ce n'est pas terrible, non ?

Écrit par : marlène | mercredi, 30 avril 2008

Et ça continue ! Mais ça vient d'ou cette haine des blogueurs ?

Écrit par : Sophie | mercredi, 30 avril 2008

@ KotKot : Merci pour les raccourcis... les élèves conservateurs dcb16 n'ont eu droit qu'à deux cours de M. Maniez en un an et demi de formation, sur des formations techniques (utilisation du logiciel Refworks...). Cela veut doncdire que nous sommes ses étudiants?

@ M. Maniez et aux autres pourfendeurs du Web-qui-empêche-de-penser : eh oui, j'utilise le copier-coller avec Internet, et ensuite je mets des guillemets et une note de bas de page avec la référence : ça s'appelle une citation.

D'accord avec Marlène : blogs, livres ou magazines, là n'est pas la question... Il y en a des bons et des mauvais. Et effectivement, (beaucoup) plus de mauvais que de bons... (soupir)

Écrit par : Perrine (piquée au vif) | mercredi, 30 avril 2008

Quand on voit les cours de l'ENSSIB, ce n'est pas terrible du tout !!! Non, ce qui est terrible, c'est que l'on puisse imaginer former des conservateurs avec des cours d'informatique du genre : "Il ya 2 types de claviers : azerty, qwerty"... avec des cours sur l'histoire du livre... je m'arrête là, je sens que je vais dire du mal.

Écrit par : jean-charles | mercredi, 30 avril 2008

Je ne veux pas dire de mal non plus de cette excellente école et des excellents professeurs qui font d'excellents cours afin que nous soyons excellemment formés mais quand ils comprendront que le principe de Wikipédia, c'est précisément de donner une source précise et fiable à toute information et de rapporter de manière rigoureuse les recherches éparses (ce qui n'est pas fait par les médias professionnels, ni même souvent par les encyclopédies), on aura bien avancé.

Ces critiques sans cesse réaffirmées de personnes qui n'ont pas pris le temps de s'informer et parlent sans savoir comment à être un peu agaçantes.

Écrit par : RM | mercredi, 30 avril 2008

je n'imaginerais pas dire du mal non plus, mais une formation internet à l'enssib qui organise, pour une bande de directeurs expérimentés, un jeu de rôle pour expliquer que tout n'est pas vrai sur le web, c'est.... non je ne le dirai pas. Mais ce jour-là j'ai quitté le cours à la pause.

Écrit par : un petit cabanon | vendredi, 02 mai 2008

La fonction première des bibliothécaires n'était-elle pas d'être des copistes :-)
Faut-il rappeler l'existence du plagiat en littérature, beaucoup plus difficile à détecter, mais très pratiquée. A ce propos, on peut consulter le site http://www.leplagiat.net/

« Le plagiat est la base de toutes les littératures, excepté de la première, qui d'ailleurs est inconnue » (Giraudoux).

Écrit par : mediamus | mardi, 06 mai 2008

Je n'ai pas lu l'ouvrage mais la quatrième de couv. me laisse perplexe. Il semble y avoir incohérence entre les propos :

"Réveillez votre esprit critique ! (...) "

Et :

"Avez-vous vraiment envie d'une société où tout le monde peut s'exprimer tout le temps sur tous les sujets ? À vous de réfléchir..."

La bio de l'auteur a l'air très sympa: (...) "il prône une conception de l'informatique proche de l'utilisateur, bannit le jargon technique et milite pour que l'informatique ne soit pas la propriété exclusive des informaticiens. "

Décryptons:

Il peut être utile de rappeler, en ces temps de commémoration, que Mai 68 peut-être finalement ramené à un évènement majeur : la prise de parole. Des gens se sont mis à s'exprimer sur tout et avec tout le monde. C'est LE déverrouillage majeur d'une société bloquée.

C'est la vraie naissance de l'esprit critique de monsieur tout le monde, au sens où avant, ton esprit critique tu te le gardais pour toi. Maintenant tu causes. Et ça donne effectivement un monde où tout le monde s'exprime sur tous les sujets.

Que sont les blogs sinon une extension technique de cette parole libérée ? Et précisement partagée entre tous, et pas seulement les informaticiens, comme il le dit lui-mème. Quelle est actuellement, en pratique la meilleure "conception de l'informatique proche de l'utilisateur" sinon précisement le blog ?

Quant au copier-coller, imagine-t'il que c'est plus dangereux pour notre intelligence que le recopier-pomper de mes dissertations de français d'avant l'informatique ?

Peut-être faut-il lire son ouvrage (il en aurait déja écrit une cinquantaine parait-il), mais je n'en ai pas envie. Ces soi-disants"questionnements"sur l'utilisation du web sont de plus en plus nombreux et ne visent en fait qu'à dévaloriser sous un flot de morale, ici le pédagogiquement correct, la parole de tous. Tous les ouvrages dits "critiques" sur ces sujets sont assez hypocrites et jouent sur la mème veine que le discours sécuritaire ambiant : le web est dangereux. Parce que non contrôlé.

Mème les ouvragres les plus fouillés, comme celui de Wolton (Internet, et après ?) donnaient dans l'ambiguité : "Aujourd'hui, le succès d'Internet repose sur trois mots : autonomie, maîtrise, vitesse, qui nourrissent de douces utopies . Celles d'un monde ouvert, accessible à tous, égalitaire, solidaire, capable de susciter la créativité..." (...)

Le Web n'engendre donc pas l'égalité. Développe-t--il de nouvelles solidarités ? Dominique Wolton craint plutôt qu'il ne favorise la " solitude interactive ": " Plus que sur Internet, le lien social repose encore, et sans doute pour un certain temps, sur les bonnes vieilles télés et radios tant décriées ! Et si les démocraties européennes veulent rester fidèles à leur projet d'émancipation politique, estime l'auteur, elles devront se pencher sur la réglementation des nouveaux médias pour éviter que liberté de communication ne devienne synonyme de loi de la jungle."

Et le tour est joué : règlementons ,pour un lien social mieux-disant.

Le blog met au mème niveau d'accès (je dis bien d'accès, je ne parle pas du contenu) la parole de ma concierge et celle de l'élite. Or ce qui faisait une partie de la valeur de la parole de l'élite c'était sa rareté, sa difficulté d'accès, son authentification. "On s'accorde à penser dans les milieux autorisés...."

Autorisés, justement. Avec le blog je m'autorise tout seul. Y compris à dire des conneries.

Et ça c'est une chose que certains n'ont pas digérée. Et ça fait quarante ans que ça dure.

On appelle ça la Réaction.

Merci à Kotkot d'avoir soulevé ce lièvre qui, parait-il ,se viend bien (180 pages seulement pour comprendre tout, tu penses...)

Écrit par : Yvonnic | lundi, 12 mai 2008

Je n'ai pas lu l'ouvrage mais la quatrième de couv. me laisse perplexe. Il semble y avoir incohérence entre les propos :

"Réveillez votre esprit critique ! (...) "

Et :

"Avez-vous vraiment envie d'une société où tout le monde peut s'exprimer tout le temps sur tous les sujets ? À vous de réfléchir..."

La bio de l'auteur a l'air très sympa: (...) "il prône une conception de l'informatique proche de l'utilisateur, bannit le jargon technique et milite pour que l'informatique ne soit pas la propriété exclusive des informaticiens. "

Décryptons:

Il peut être utile de rappeler, en ces temps de commémoration, que Mai 68 peut-être finalement ramené à un évènement majeur : la prise de parole. Des gens se sont mis à s'exprimer sur tout et avec tout le monde. C'est LE déverrouillage majeur d'une société bloquée.

C'est la vraie naissance de l'esprit critique de monsieur tout le monde, au sens où avant, ton esprit critique tu te le gardais pour toi. Maintenant tu causes. Et ça donne effectivement un monde où tout le monde s'exprime sur tous les sujets.

Que sont les blogs sinon une extension technique de cette parole libérée ? Et précisement partagée entre tous, et pas seulement les informaticiens, comme il le dit lui-mème. Quelle est actuellement, en pratique la meilleure "conception de l'informatique proche de l'utilisateur" sinon précisement le blog ?

Quant au copier-coller, imagine-t'il que c'est plus dangereux pour notre intelligence que le recopier-pomper de mes dissertations de français d'avant l'informatique ?

Peut-être faut-il lire son ouvrage (il en aurait déja écrit une cinquantaine parait-il), mais je n'en ai pas envie. Ces soi-disants"questionnements"sur l'utilisation du web sont de plus en plus nombreux et ne visent en fait qu'à dévaloriser sous un flot de morale, ici le pédagogiquement correct, la parole de tous. Tous les ouvrages dits "critiques" sur ces sujets sont assez hypocrites et jouent sur la mème veine que le discours sécuritaire ambiant : le web est dangereux. Parce que non contrôlé.

Mème les ouvragres les plus fouillés, comme celui de Wolton (Internet, et après ?) donnaient dans l'ambiguité : "Aujourd'hui, le succès d'Internet repose sur trois mots : autonomie, maîtrise, vitesse, qui nourrissent de douces utopies . Celles d'un monde ouvert, accessible à tous, égalitaire, solidaire, capable de susciter la créativité..." (...)

Le Web n'engendre donc pas l'égalité. Développe-t--il de nouvelles solidarités ? Dominique Wolton craint plutôt qu'il ne favorise la " solitude interactive ": " Plus que sur Internet, le lien social repose encore, et sans doute pour un certain temps, sur les bonnes vieilles télés et radios tant décriées ! Et si les démocraties européennes veulent rester fidèles à leur projet d'émancipation politique, estime l'auteur, elles devront se pencher sur la réglementation des nouveaux médias pour éviter que liberté de communication ne devienne synonyme de loi de la jungle."

Et le tour est joué : règlementons ,pour un lien social mieux-disant.

Le blog met au mème niveau d'accès (je dis bien d'accès, je ne parle pas du contenu) la parole de ma concierge et celle de l'élite. Or ce qui faisait une partie de la valeur de la parole de l'élite c'était sa rareté, sa difficulté d'accès, son authentification. "On s'accorde à penser dans les milieux autorisés...."

Autorisés, justement. Avec le blog je m'autorise tout seul. Y compris à dire des conneries.

Et ça c'est une chose que certains n'ont pas digérée. Et ça fait quarante ans que ça dure.

On appelle ça la Réaction.

Merci à Kotkot d'avoir soulevé ce lièvre qui, parait-il ,se viend bien (180 pages seulement pour comprendre tout, tu penses...)

Écrit par : Yvonnic | lundi, 12 mai 2008

Bonjour,
J’aimerais apporter quelques précisions par rapport à ce que j’ai lu sur ce blog ; il n’y a pas que des fonctionnaires stagiaires à l’enssib, mais également des étudiants de master et c’est plutôt à eux que je faisais référence quand j’évoquais le copier-coller. Mais si cela peut vous rassurer, il arrive que certains élèves conservateurs pratiquent le copier-coller dans leurs mémoires sans faire usage de guillemets…
Au fond, ce que je puis vous reprocher, c’est de gloser sur une interview et le paratexte de mon ouvrage, textes dont je ne suis bien évidemment pas l’auteur. J’aimerais d’ailleurs bien savoir qui a effectivement lu ce livre dont vous semblez si bien parler. Bien évidemment, je ne vous demande pas de l’acheter (pour ceux qui veulent juger sur pièce sans bourse délier, je signale néanmoins que l’introduction et le premier chapitre sont en ligne), mais j’aurais préféré que vous jugiez sur pièce et non pas sur des propos caricaturaux. Marlène aurait pu voir, par exemple, que j’ai de solides références puisque BiblioAcid est cité dans mon livre.
Je suis néanmoins heureux d’apprendre que mon livre se vend bien et j’aimerais à ce propos que vous me communiquiez les chiffres de vente car, pour ce qui me concerne, je ne les connais pas…
Allez, sans rancune !
Dominique Maniez

Écrit par : Dominique Maniez | mercredi, 14 mai 2008

Moi j'ai acheté et lu et j'ai bien aimé. ^^

Écrit par : B&C | mercredi, 14 mai 2008

@Dominique Maniez : un livre est fait pour être lu...je vous souhaite des ventes nombreuses. Je n'ai pas vu vos remarques sur l'intérêt des blogs ...Et assez étonné des réactions nombreuses pour un simple signalement.

Écrit par : mercure | mercredi, 14 mai 2008

@ Dominique Maniez: j'ai vu qu'il y avait une référence à l'article du BBF co-écrit avec Nicolas Morin, mais je n'ai pas vu de référence à Biblioacid. Le discours global sur les blogs dans le bouquin s'arrête à la caricature (les skyblogs, l'aspect journal intime) et n'aborde à aucun moment les blogs professionnels. Ou alors j'ai mal lu, c'est possible.

Écrit par : marlène | mercredi, 14 mai 2008

L'ensemble de ces commentaires, leur enchainement, leur surenchère, du signalement à l'intervention de "l'objet", puis les commentaires en décroissance d'agressivité, semblent une illustration suffisante pour tout ouvrage qui voudrait établir une critique des blogs. Quant à l'ampleur du corporatisme de la réaction, totalement déphasée par rapport au contenu (les élèves-conservateurs, -en fait étudiants de master-, et deux heures de cours sur une année, rien sur les blogs pros, livre non lu, citation d'éditeur, Perrine "piquée au vif"etc...) ça laisse songeur. L'enssib et le reste du monde...

Écrit par : MD | jeudi, 15 mai 2008

@Dominique Maniez : la réthorique du blog basé sur un petit coup de sang (froid) , non ; si vous avez l'occasion de suivre la biblioblogosphère, vous observerez que leur nombre ne laisse rien à la qualité, à la pertinence. Il y a de la recherche, du désir de partager. Semer pour récolter. Merci d'avoir exposé vos points de vue, mais je ne partage pas le dernier ;-(
@@@contributeurs : Vivent les Bibliogades !

Écrit par : Mercure | jeudi, 15 mai 2008

@Mercure :Je pense qu'il y a confusion, "MD" n'est pas Dominique Maniez mais un anonyme qui apporte sa pierre.

Au fait j'ai rédigé une rapide analyse de l'ouvrage. :)

Écrit par : B&C | vendredi, 16 mai 2008

@Marlène : les blogs pro sont évoqués (et loués) en 3 phrases page 111

Écrit par : B&C | vendredi, 16 mai 2008

Les commentaires sont fermés.