Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 13 juin 2007

blogsonomies(2)

Suite de de la lecture de l'article du BBF consacré à la biblioblogosphère avec la problématique de l'anonymat. L"entre-deux" cité par les rédacteurs ne me laisse pas insensible, et dans un bref échange de mail avec Nicolas Morin, j'avais donné mes raisons.
Il me semble qu'il y a confusion entre plusieurs notions :
- s'identifier comme professionnel dans un établissement ne pose pas de problème particulier : anonyme ne veut pas dire inconnu et il suffit d'une simple recherche pour en savoir plus sur l'identité du bloggueur.
- Il n'y a pas de raison majeure à lier son activité de bloggueur à celle de salarié, parce que justement les sujets traités peuvent dépasser largement ce cadre professionnel stricto sensu et donc donner une liberté qui n'est pas si aisément accordée par ses employeurs, ce que l'on peut comprendre. Une bibliothèque en traitement d'un appel d'offres se doit de respecter une confidentialité certaine et légitime, ce qui n'est pas toujours compatible avec les obligations de sa charge.
- Lever l'anonymat créera-t-il de la notoriété, de la crédibilité ? Pas si sûr. Et quand bien même, un bloggueur seul n'aurait pas de sens sans l'adhésion à une communauté d'intérêt.
- bon nombre d'entre nous - et j'en suis - n'ont pas attendu les blogs pour s'exprimer, donner leur avis, participer aux recherches, bref faire circuler les idées, les projets.

Je ne me sens donc aucunement lié à une levée d'anonymat pour le moment ; mon coming out très public attendra encore un peu...

medium_200px-Rene_Magritte_by_Wolleh.jpg


Mais la question de l'avenir de la communauté des biblioblogueurs -elle- reste entière : comment obtenir un effet de levier ? Quelle production ?

07:55 Publié dans BIB BLOGS | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : BBF, bibliotheques, biblioblogs, bibliobloggueurs | |  Facebook | | |

Commentaires

A mon sens il peut y avoir intérêt dans les deux cas :
Des blogs nominatifs utilisés comme des "preprints".
Mais aussi des blogs anonymes pour mettre des mots sur le quotidien (Callyrhoé, Les Yeux ouverts, Liber-libri).

La vraie question reste celle de la qualité (diversité, réactivité, intérêt) par rapport au reste des média de bibliothécaires.

Écrit par : David L. | mercredi, 13 juin 2007

Les commentaires sont fermés.