Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 01 février 2007

Un an

Etiquette oblige, je salue le premier anniversaire de ce blog, ouvert le 1er février 2006.
Il fait suite à deux aventures aux destins divers :
- une newsletter baptisée Webessences que j'ai réalisée de 1999 à 2003 environ ; elle traitait des mouvements webiens.
- un site du même nom que j'ai abandonné rapidement pour ouvrir Kotkot.

Reste un http://webessences.info que j'alimente à temps très perdus par des billets plus généralistes et quelques états d'âme.
Kotkot était en fait une newsletter que je fabriquais à la volée pour mes petits camarades de travail, ce qui m'évitait de leur envoyer 50 messages par jour. De Quotquot à Kotkot, il n'y avait qu'un pas ...
Billets : 222
commentaires : 78
visiteurs uniques : 11 771
visites : 31 910
pages vues : 108 970

medium_bougie_1an.jpg


En gros deux périodes qui donnent des paliers :
- de février à septembre (avec baisse en juillet/août), environ 800 visiteurs uniques, 1 900 visiteurs, 4 900pages vues et des écarts journaliers de 163 à 294 pages/jour et 63 à 97 visites/jour,
- depuis octobre, à peu près 1 400 visiteurs uniques, 4 000 visites, 10 500 pages vues, 344 à 1315 pages/jour et de 123 à 226 visites/jour.
medium_stat_kotkot1.2.jpg


Je me dois d'adresser mes remerciements à la biblioblogosphère qui m'a permis de découvrir toute la richesse des échanges : attentive, indulgente, passionnée. Quand enfin, on peut saluer les blogueurs au hasard des rencontres, il y a le sentiment de partager plus que des idées avec une communauté vivante.

Et maintenant, à suivre...

18:40 Publié dans BLOGS | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : kotkot, webessences | |  Facebook | | |

Commentaires

Bon anniversaire donc :-)

Écrit par : Olivier | jeudi, 01 février 2007

Bon anniversaire et longue vie à Kotkot !

Écrit par : Fabrice | samedi, 03 février 2007

Les commentaires sont fermés.